15 avril 2021

Landes : en février, à défaut de compétitions, les surfeurs landais ont été gâtés à la maison

Un mois de février béni des dieux pour les surfeurs, en tout cas ceux qui osent affronter les grosses vagues. Les surfeurs landais, privés de compétitions internationales, ont pu profiter chez eux de conditions très impressionnantes. Lire l’article original

Un hiver en général et un mois de février béni des dieux pour les surfeurs dans les Landes. En tout cas pour ceux qui osent affronter les grosses vagues. Sur les 28 jours du mois de février, il y a eu plus de 10 jours de conditions exceptionnelles entre Hossegor et Seignosse. Ce n’est pas tous les ans comme cela. 

Ce mois de février, on a eu vraiment beaucoup de vagues avec des sessions parfois un petit peu tendue“, raconte le surfeur landais Pierre-Valentin Laborde. Il sort d’une session à la plage des Culs Nus d’Hossegor. “Ce sont les swells d’hiver, donc il faut donc il faut y aller, il ne faut pas avoir peur, prendre son courage à deux mains. Moi j’habite ici donc c’est vrai que quand c’est bien ici, on reste là“. 

Privés de voyages

En plus de conditions de vagues mémorables, entre en compte aussi pour le spectacle sur les côtes landaises cet hiver, le contexte de cette année particulière. Les voyages à l’étranger, vers des eaux et des vagues lointaines, sont très compliqués voire impossibles. Histoire de pandémie bien sûr. Les surfeurs landais participants aux compétitions internationales à l’autre bout du monde n’ont pas pu y aller. Un mal pour un bien pour David Berthet, fondateur de Ripitup.fr. 

Il passe ses journées à filmer puis à monter des vidéos des meilleures sessions de surf sur les plages d’Hossegor. “Cela m’embête un peu de dire cela, car c’est quand même une année qui est triste. Cela doit être aussi très difficile pour les surfeurs, professionnellement, de ne pas pouvoir aller sur les compétitions. Mais nous, c’est vrai que derrières nos objectifs, on en profite un max. On a une année en vague incroyable et ces surfeurs qui ne peuvent pas bouger, pour nous, c’est l’alchimie parfaite“.  

Lire l’article original