21 avril 2021

Landes : deux chiens de chasse morts de la maladie d’Aujeszky

C’est un virus très contagieux, qui touche principalement les porcins, sauvages et domestiques, mais qui peut se transmettre aux chiens. Le mois dernier, deux chiens de chasse en sont morts dans les Landes apprend-on ce mercredi 17 mars 2021. Lire l’article original

La maladie d’Aujeszky est un virus très contagieux qui touche principalement les porcins, sauvages et domestiques. Elle n’est pas transmissible à l’homme. Mais en revanche, elle est mortelle pour les chiens. Et il n’existe pas de traitement. 

Pseudo-rage

Le chien infecté devient abattu, inquiet, agressif… des symptômes qui peuvent faire penser à ceux de la rage, d’où le nom d’ailleurs de pseudo-rage donné à cette maladie d’Aujeszky. Puis très vite des démangeaisons très forte apparaissent, principalement au niveau de la tête. Viennent ensuite des difficultés respiratoires, une paralysie des membres, et l’animal meure au bout de 2 à 3 jours

Non transmissible à l’homme

La maladie d’Aujeszky reste très rare dans des élevages de porcs domestiques en France, où elle a quasiment été éradiquée. Mais elle circule toujours dans la faune sauvage, c’est-à-dire chez les sangliers, qui peuvent transmettre la maladie à d’autres animaux. Les deux chiens de chasse qui sont morts mi-février dans les Landes avaient participé à une battue aux sanglier la semaine précédente, sur les communes d’Urgons et de Maillas. Ils ont probablement léché les plaies ou mordu le sanglier infecté, et ont ainsi été contaminés. 

Les chiens les plus exposés au virus sont donc bien évidemment les chiens de chasse. Le risque d’être contaminé est quasi nul pour les chiens domestiques, sauf s’ils mangent de la viande de porc ou de sanglier crue contaminée. Il convient donc de bien la faire cuire avant de leur donner, ce qui suffit à tuer le virus. 

Appel à la vigilance

Dans un communiqué, la Préfecture des Landes indique qu’une information spécifique a été faite vis-à-vis de la fédération des chasseurs et des vétérinaires du département. Parallèlement, une communication a été réalisée auprès des éleveurs sur le renforcement nécessaire des mesures de biosécurité en élevage porcin pour prévenir les risques de contamination des élevages par la faune sauvage.

 La préfecture invite également les propriétaires de chien à ne pas les laisser s’approcher d’un sanglier trouvé mort au cours d’une sortie en campagne ou en forêt et à prévenir leur vétérinaire traitant si l’un des symptômes décrits apparaissait sur leur chien.

Lire l’article original