16 mai 2021

Landes : des travailleurs saisonniers interpellent les maires du littoral sur la pénurie de logements

Une pétition vient d’être lancée sur internet et les réseaux sociaux pour interpeller les maires du littoral landais sur la pénurie de logements pour saisonniers. Il n’existe quasiment pas de structures réservées à ce public dans les Landes. Lire l’article original

Alors que la France se déconfine progressivement, le secteur du tourisme recrute ses saisonniers pour les vacances d’été. Chaque année, dans les Landes, la problématique est la même : trouver un hébergement sur le littoral, à Hossegor, Mimizan ou Biscarrosse relève souvent de la mission impossible. Pour tenter de faire bouger les choses, deux travailleurs saisonniers ont lancé une pétition sur le site change.org. “Nous ne sommes pas qu’une génération qui pense qu’à faire la fête, il est temps de nous organiser avec les mairies afin de trouver des solutions“, peut-on notamment lire.

Salomon, 23 ans, est originaire de Tosse et l’un des deux auteurs de la pétition. Le jeune Landais fait les saisons été comme hiver depuis près de six ans. Chaque année, il galère à trouver un logement. Salomon a obtenu une promesse d’embauche pour un emploi cet été dans un restaurant de plage de Capbreton. Pour la concrétiser, il doit trouver un logement et pour l’instant c’est impossible. “Ils ne sont pas sûrs de me donner une réponse vu que je n’ai pas de logement. Je ne trouve que des logements à la semaine. Ici, il n’y a pas d’organisme pour aider les jeunes. En plus je n’ai ni permis, ni voiture dans laquelle dormir. C’est ce que font finalement de très nombreux saisonniers“, regrette Salomon. 

Le jeune homme souhaite interpeller les élus car, selon lui, si le tourisme est vital pour l’économie local, les travailleurs saisonniers le sont tout autant. “Nous souhaiterions que les élus se bougent un petit peu pour essayer de trouver des bâtiments fermés l’été comme des internats pour nous loger”, interpelle Laurie, co-autrice de la pétition.

Une seule aire pour saisonniers sur la côte sud des Landes

A Vieux-Boucau, une aire accueille les travailleurs saisonniers depuis six ans. Elle propose 80 logements en bungalow ou en camping pour 300 euros par mois. C’est la seule dans ce secteur du littoral landais et c’est insuffisant, reconnait le maire, Pierre Froustey et président de la communauté de commune Maremne Adour Côte Sud (MACS).

Une réflexion est lancée avec les différentes communes qui forment MACS sur la thématique du logement saisonnier dans le cadre du plan local de l’habitat, mais la problématique est complexe. “Le problème du logement n’est pas uniquement lié aux saisonniers. Il est général. C’est un des freins aussi pour les jeunes ménages qui vivent ici à l’année. C’est dû à la rareté du foncier et à son prix. Il y a des choix à faire et c’est compliqué. Les saisonniers passent effectivement un peu après tout le monde, c’est regrettable mais c’est un fait“, réagit Pierre Froustey.

La plateforme NOMAD’ met en relation propriétaire et saisonniers sur la côte Nord

Plus au nord, les élus du Pays nature côte d’argent (qui regroupe les communes du littoral de Léon à Sanguinet) ont créé une maison du saisonnier. La plateforme NOMAD’ accompagne les saisonniers dans leur recherche de logements. Elle les met aussi en relation avec les propriétaires. Ceux qui acceptent de louer à des travailleurs saisonniers plutôt qu’à des touristes sont minoritaires reconnaît la responsable de NOMAD’, Mélissa Josué : “Un saisonnier peut mettre 200 ou 300 euros par mois dans son loyer alors qu’une semaine de location touristique peut se louer 100 euros par semaine selon le bien.”

NOMAD’ tente donc de convaincre les propriétaires de louer à un travailleur saisonnier en rappelant les avantages : pas de frais de gestion ni de ménage à faire chaque semaine, la possibilité de louer sur une moyenne durée avec la même personne. La plateforme fournit d’ailleurs un “kit logeur”, un ensemble de document administratif “pour louer en toute sécurité”. Mélissa Josué lance d’ailleurs un appel : “Si vous avez une chambre, un studio, un logement à louer sur le littoral nord des Landes, vous pouvez entrer en contact avec nous”

La plateforme NOMAD’ possède des antennes à Biscarrosse, Mimizan, Contis et Vielle-Saint-Girons.

Lire l’article original