17 mai 2021

Landes : « Comment peut-on vouloir la mort de ses petits-enfants ? »

« Pour notre père, c’est l’incompréhension. Il s’est réveillé, intubé, dans une chambre de l’hôpital de Bordeaux, sans savoir qu’on a voulu le tuer chez lui. » Sandrine est l’une des trois enf… Lire l’article original

« Pour notre père, c’est l’incompréhension. Il s’est réveillé, intubé, dans une chambre de l’hôpital de Bordeaux, sans savoir qu’on a voulu le tuer chez lui. » Sandrine est l’une des trois enfants du retraité d’Habas dont la compagne, Marie, est suspectée d’avoir fomenté l’assassinat dans le huis clos de leur pavillon.

Avec son mari, bien vite suivi d’un oncle, c’est elle qui est arrivée la première au domicile de son père, un ancien mécanicien poids lourds âgé de 65 ans, dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 avril. « On habite juste à côté. La société qui gère l’alarme de sa maison nous a téléphoné. Les portes et les volets étaient…

Lire l’article original