11 avril 2021

Landes : comment le variant anglais s’est propagé en 3 jours à partir d’un seul homme

Depuis le début du mois de mars, le variant anglais de la Covid-19 est devenu majoritaire dans le département des Landes comme partout en France. Pour comprendre ce phénomène, la direction départementale de l’ARS a suivi un cas dans le département pour voir le trajet du variant et sa propagation. Lire l’article original

Depuis le début du mois de mars, le variants anglais du coronavirus est devenu majoritaire dans le département des Landes. Aujourd’hui, dans plus de 60% des contaminations détectées, c’est le variant anglais qui est responsable. La communauté scientifique semble s’accorder sur le fait que ce variant est plus contagieux, voire plus virulent.  

Pour comprendre ce phénomène, la direction landaise de l’Agence Régionale de Santé et son directeur Didier Couteau ont suivi un cas dans le département pour voir le trajet de la contamination. Du patient 0 aux cas contaminés à partir de ce patient 0.

Près de 20 personnes contaminées en 3 jours

Didier Couteau, le directeur départementale de l’ARS des Landes, a voulu suivre un cas pour bien se rendre compte du pouvoir contaminant de cette souche anglaise du nouveau coronavirus. Il a donc suivi le cas d’un homme contaminé à Saugnac-et-Muret, au Nord du département.

Cet homme est en couple, il commence donc par contaminer sa cellule familiale. Mais ce patient 0  travaille dans le Sud du département des Landes, non loin de Dax. Avant d’être isolé par le diagnostic de son test positif,  il s’est rendu sur son lieu de travail et a contaminé ses collègues. Ces mêmes collègues ont a leur tour contaminé leur entourage avant d’être isolés.  

Pourquoi est ce que cette chaîne de transmission n’a pas pu être cassée ? Parce que c’est allé très vite. A partir de cet homme de Saugnac-et-Muret, près de 20 personnes ont été contaminées en deux ou trois jours avec une diffusion du variant anglais du Nord au Sud du département des Landes. Le directeur départementale de l’ARS s’empresse donc de rappeler l’importance des gestes barrières.

Lire l’article original