16 mai 2021

Landes : 101 745 personnes ont reçu une première injection, soit 25 % de la population totale

101 745 personnes ont reçu la première injection d’un vaccin contre le Covid-19, soit 25 % de la population totale. Parmi les publics ciblés, 75 % des personnes de plus de 75 ans ont reçu une … Lire l’article original

Jeudi 22 avril, la préfecture des Landes a fait un point d’étape sur la vaccination dans le département. Le cap des 100 000 primo injections a été franchi et de nouveaux professionnels de plus de 55 ans sont invités à se faire vacciner

101 745 personnes ont reçu la première injection d’un vaccin contre le Covid-19, soit 25 % de la population totale. Parmi les publics ciblés, 75 % des personnes de plus de 75 ans ont reçu une première dose (36 908). Il s’agit des personnes résidentes des Ehpad et unités de soins de longue durée vaccinées dans leur établissement, et des personnes vaccinées dans les centres des Landes ou par un professionnel de santé libéral. Mais aussi 57 % des 64-74 ans, soit 33 058 personnes et 26 % des 50-64 ans, soit 23 065 personnes.

Sur le meme sujet

36 187 personnes complètement vaccinées

36 187 personnes ont bénéficié d’un schéma vaccinal complet (première et seconde injections), dont 47 % des plus de 75 ans (23 273 personnes).

En complément, un dispositif spécifique est mis en place pour de nouvelles professions classées prioritaires : les centres vont également vacciner avec de l’AstraZeneca, dès ce samedi 24 avril, les plus de 55 ans exerçant les métiers suivants : les conducteurs de bus, livreurs sur courtes distances, conducteurs routiers, autres conducteurs, les chauffeurs de taxi, chauffeurs VTC, contrôleurs des transports publics, les agents d’entretien (de nettoyage, de ramassage de déchets, de centre de tri des déchets), les agents de gardiennage et de sécurité, les commerces d’alimentation (caissières, employés de libre-service, vendeurs de produits alimentaires dont bouchers, charcutiers, traiteurs, boulangers, pâtissiers), les professionnels des pompes funèbres, les ouvriers non qualifiés de l’industrie agroalimentaire (salariés des abattoirs, salariés des entreprises de transformation).

Lire l’article original