28 juillet 2021

Landes : 100 personnes mobilisées contre l’extrême droite

« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles », voici l’un des slogans brandis, samedi 12 juin, sur la place Saint-Roch à Mont-de-Marsan. Ils étaient près de 100 à se réunir, vers 10 heur… Lire l’article original

Par Karen Bertail

Samedi 12 juin, une centaine de Landais a répondu, place Saint-Roch à Mont-de-Marsan, à l’appel national à manifester « pour les libertés et contre les idées d’extrême droite ».

« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles », voici l’un des slogans brandis, samedi 12 juin, sur la place Saint-Roch à Mont-de-Marsan. Ils étaient près de 100 à se réunir, vers 10 heures, pour lutter contre les idées d’extrême droite. Côté politique, le Parti communiste, Europe Écologie les Verts (EELV), la France Insoumise et le parti ouvrier indépendant démocratique étaient présents tout comme le syndicat CGT union départementale des Landes, des associations Attac, le Mrap ou encore la Fédération syndicale unitaire.

« Il s’agit aujourd’hui de mener une action de sensibilisation pour aider le public à déconstruire les idées de l’ extrême droite, annonce Gérard Kerforn, coprésident de la Fédération des Landes du Mrap. Ce n’est pas tant pour la manifestation que pour l’information du public via la distribution de tracts et les crieurs publics. » Certains n’ont pas manqué de donner l’exemple de l’interdiction de distribution de tracts ou la vente du quotidien « L’humanité », à Dax, fin mai.

Sur le meme sujet

« Une porosité flagrante »

Le coprésident poursuit : « Notre but est de donner des arguments, de décoder les idées de l’extrême droite pure et dure mais aussi les thèmes, les petites phrases qui en font le lit, contre cette porosité flagrante qui déroule le tapis rouge au Front national. »

Parmi les supercheries dénoncées : « l’extrême droite qui seraient plus laïque que laïque ». Faux, rétorquent les manifestants. « Derrière un discours pseudo-laïque, leurs vieilles obsessions xénophobes et identitaires restent. Ils instrumentalisent la laïcité pour stigmatiser ceux qu’ils appellent les étrangers, ferments habituels du racisme. »

Laurence Motoman, d’EELV, par ailleurs candidate aux élections régionales, a partagé : « Liberté, Égalité, Fraternité, ces trois mots sont inscrits sur la façade des bâtiments de la République française. Et, il est temps d’y ajouter solidarité et respect. » Elle en appelle « à la raison plutôt que la force et à la pédagogie et la prise de conscience plutôt que la violence et le conditionnement instrumentalisant les peurs des citoyens. »

Lire l’article original