16 septembre 2021

La météorite qui fait le buzz observée aussi dans le ciel landais

Dimanche 5 septembre, la Bretagne et le sud de l’Angleterre se sont inquiétés après le passage d’une impressionnante météorite. Le bolide céleste était suffisamment important pour avoir été aperçu depuis les Landes. Lire l’article original

Dans la nuit de dimanche à lundi, une impressionnante météorite a déchiré le ciel breton. Filmée par de nombreuses personnes, l’énorme boule de feu a fini sa course sur les réseaux sociaux, où elle a largement fait parler d’elle. Elle a même été aperçue dans les Landes, à plus de 700 km de là où elle était le plus visible. “C’est tout-à-fait possible, en tout cas nous avons des témoignages qui vont dans ce sens confirme Thomas Appéré, responsable du réseau FRIPON d’observation des météores. A priori, la météorite est passée suffisamment haut pour que ce soit le cas.” 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pas de “boom” entendu

Ceux qui ont pu apercevoir la météorite peuvent s’estimer chanceux, car les Landes se trouvent à la limite de la visibilité du phénomène. “Le bolide est passé à la verticale au niveau du Nord de la Bretagne acquiesce Thomas. Depuis les Landes, les gens ont probablement pu voir une lueur au niveau de l’horizon.” Recueillis par France Bleu Gascogne, des témoignages rendent en effet compte “d’une lueur verte au loin, qui descendait vers l’horizon.” En revanche, impossible d’entendre le gros “boom” qui accompagnait le passage de la météorite en Bretagne, en raison de la distance. 

Des phénomènes imprévisibles

À l’exception de phénomènes comme la nuit des étoiles, qui correspondent au passage de la Terre dans les nuages de débris des comètes, ce genre de phénomène est imprévisible” explique Thomas. En effet, seuls les objets célestes les plus gros sont surveillés. Celui qui a défrayé la chronique dimanche 5 septembre faisait partie des plus petits, ce qui explique que personne n’ait pu anticiper son passage dans notre atmosphère. 

Lire l’article original