20 avril 2021

Irrigation : “Pas d’eau, pas de paysans”, plus d’un millier d’agriculteurs manifestent à Mont-de-Marsan

Ils sont venus des Landes mais aussi des Pyrénées-Atlantiques, du Gers, des Hautes-Pyrénées : quelque 1.200 agriculteurs manifestent à Mont-de-Marsan ce mardi 30 mars, depuis 9h ce matin. Ils dénoncent une décision de justice qui va les contraindre à limiter l’irrigation de leurs cultures l’été. Lire l’article original

Plus de 1.000 agriculteurs et 70 tracteurs dans le centre-ville de Mont-de-Marsan : ce mardi 30 mars, depuis 9 heures et jusqu’en début d’après-midi, les manifestants dénoncent une décision de justice qui limite l’irrigation l’été. Les agriculteurs venus des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, du Gers et des Hautes-Pyrénées répondent ce mardi à un appel lancé par la FDSEA, les Jeunes Agriculteurs et le Modef. 

Partis en cortège depuis le stade André et Guy Boniface, les agriculteurs ont terminé leur parcours devant la préfecture dont ils ont arrosé la cour d’eau, après avoir déversé de la terre et du foin devant un bâtiment administratif un peu plus loin. 

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert était sur place pour apporter son soutien. Selon elle, une délégation était reçue à la mi-journée en préfecture. 

“L’eau, c’est la vie”

Un peu plus tôt en matinée, leur arrivée n’est pas passée inaperçue dans l’agglomération montoise : la circulation a, un temps, été perturbée sur la RD824, la 2×2 voies entre Dax et Mont-de-Marsan.

Les agriculteurs se sont d’abord donné rendez-vous devant le Stade André-et-Guy-Boniface en début de matinée, pour dans un second temps former un cortège et se rassembler à nouveau devant la préfecture des Landes.

"L'Adour ou la guerre". Les agriculteurs manifestent pour pouvoir continuer à irriguer leurs cultures en prélevant de l'eau dans le bassin de l'Adour.
“L’Adour ou la guerre”. Les agriculteurs manifestent pour pouvoir continuer à irriguer leurs cultures en prélevant de l’eau dans le bassin de l’Adour. © Radio FranceRenaud Biondi-Maugey

Les manifestants réagissent à une décision du tribunal administratif de Pau, début février. En cause : les prélèvements en eau dans le bassin de l’Adour. Les juges administratifs, saisis par plusieurs associations environnementales, dont la Sepanso dans les Landes, ont estimé qu’il fallait plafonner davantage, ce qui va entraîner une diminution de l’irrigation. Une limitation jugée “incompréhensible” et “désastreuse” par la FDSEA. 

Les manifestants s'opposent à une décision de justice qui les oblige à réduire leurs prélèvements d'eau dans le bassin de l'Adour.
Les manifestants s’opposent à une décision de justice qui les oblige à réduire leurs prélèvements d’eau dans le bassin de l’Adour. © Radio FranceRenaud Biondi-Maugey

Le syndicat mixte Irrigadour, qui gère les prélèvements en eau, annonce qu’il va faire appel de cette décision mais celui-ci n’est pas suspensif. En l’état, la décision du tribunal administratif de Pau, s’applique.

CARTE – Les cultures irriguées en France

Lire l’article original