30 juillet 2021

Influenza aviaire: les volailles fermières des Landes sont de retour dans les rayons des supermarchés

En ce mois de juillet, les volailles fermières des Landes sont à nouveau commercialisées dans les supermarchés. Un retour à la normale après un troisième épisode d’influenza aviaire et trois mois de vide sanitaire. Lire l’article original

“C’est plaisant!” Bernard Tauzia se félicite de ce retour des volailles dans les supermarchés et autres boucheries traditionnelles. Le président d’Airvol, association interrégionale des volailles en Nouvelle-Aquitaine affiche d’autant plus sa satisfaction que le début d’année 2021 a été difficile avec un nouvel épisode de grippe aviaire. 

“C’est une grippe aviaire qui va laisser des traces” explique l’éleveur de Campagne. “L’Etat s’est engagé à indemniser les pertes mais les dossiers sont en cours; que ce soit pour les foyers ou pour les vides sanitaires. Les acomptes arrivent mais rien n’est encore réglé. Le règlement des pertes ne sera effectif que d’ici la fin de l’année.” 500 élevages landais ont été touchés, soit 85% de la filière des volailles des Landes. “Et cela a duré 3 mois!” rappelle Bernard Tauzia

La filière a perdu 1/4 de ses volumes annuels

Si la filière a été touchée par la crise aviaire, elle l’a été dans une moindre mesure que la filière palmipède. Dans les Landes, près de 500 000 volailles ont été abattues pendant l’influenza aviaire contre 2 millions de canards. La filière va perdre 1/4 de ses volumes annuels. Début avril, la préfecture des Landes autorise le retour des poussins et des poules pondeuses chez les exploitants. “L’état nous a permis de remettre en place la production un peu plus tôt, ce qui permet aujourd’hui de repositionner nos volailles sur les rayons des boucheries et des GMS (grande et moyenne surface). Tous nos volumes sont remis en place. On retrouve un volant d’activité normal pour notre filière”.

Des volailles festives pour Noël 

Aujourd’hui, les élevages landais tournent à nouveau à plein régime. Une bonne nouvelle pour aujourd’hui mais aussi pour demain. “Les volailles festives sont dans nos élevages, se réjouit le président d’Airvol. C’est la bonne nouvelle. C’est un cycle de 5 à 6 mois et donc ça y est les volailles festives sont dans nos élevages pour Noël.”

La filière qui produit chaque année 12 millions de volailles attend désormais le mois de septembre pour voir si cette nouvelle crise lui a fait perdre des marchés. Mais Bernard Tauzia se montre confiant. “Pour le moment, tous les signaux sont positifs car on a un mode d’élevage spécifique que les acheteurs ne trouvent pas ailleurs. Ce poulet, il n’existe pas ailleurs donc grâce à cela, nous sommes plutôt confiants pour retrouver nos parts de marché.”

Lire l’article original