25 janvier 2022

Influenza aviaire dans les Landes : « Sa propagation aussi rapide et sur d’aussi longues distances reste un mystère »

Avec 110 foyers de contamination au vendredi 14 janvier, 33 cas de suspicions dont des suspicions en Haute Lande et en Maremne, la maîtrise de l’influenza aviaire semble avoir définitivement déraillé … Lire l’article original

Dans un courrier adressé aux producteurs landais de volailles, poules pondeuses et palmipèdes, vendredi 14 janvier, la présidente de la Chambre d’agriculture rappelle qu’il est « primordial de comprendre »

Avec 110 foyers de contamination au vendredi 14 janvier, 33 cas de suspicions dont des suspicions en Haute Lande et en Maremne, la maîtrise de l’influenza aviaire semble avoir définitivement déraillé dans les Landes. La présidente de la Chambre d’agriculture a pris la plume pour apporter son soutien aux éleveurs de volailles, poules pondeuses et palmipèdes.

Dans une lettre, Marie-Hélène Cazaubon exprime « un profond sentiment d’injustice, tant nous étions convaincus que tous les efforts consentis allaient porter leurs fruits ». La mise sous abri des animaux n’a pas suffi. La présidente anticipe des « pertes économiques conséquentes, tant pour les entreprises de l’aval de la filière et de services que pour les producteurs ».

Sur le même sujet

Pas seulement la faune

Surtout, Marie-Hélène Cazaubon met l’accent sur la nécessité d’obtenir des réponses. « Il est primordial de comprendre pourquoi, malgré toutes les évolutions et les investissements réalisés, nos systèmes d’élevage restent aussi fragiles face à une circulation virale. C’est une certitude, le virus est introduit par la faune sauvage, mais sa propagation aussi rapide et sur d’aussi longues distances reste un mystère. » La présidente de la Chambre n’exclut pas un facteur humain.

Elle précise également que le solde des indemnisations de l’an passé sera versé entre fin janvier et fin février. « Par ailleurs, nous avions demandé à l’administration de prioriser […] les producteurs doublement impactés. »

Lire l’article original