13 avril 2021

Influenza aviaire dans les Landes : où en sont les indemnisations ?

Lors de son dernier point de situation, en date du 12 mars , le ministère de l’Agriculture recensait dans les Landes 341 foyers d’influenza aviaire en élevage (y compris basses-cours et animal… Lire l’article original

Lors de son dernier point de situation, en date du 12 mars , le ministère de l’Agriculture recensait dans les Landes 341 foyers d’influenza aviaire en élevage (y compris basses-cours et animaleries) et un cas sur la faune sauvage (mouette) dans les Landes depuis le début de l’épizootie. Avec les abattages des foyers et ceux préventifs, de nombreux éleveurs sont dans une situation délicate.

Il y a deux types d’indemnisations : celles pour abattage et celles pour pertes économiques.

Voici où en était la situation en fin de semaine dernière.

1 – Indemnisation pour abattage

Lors d’une session à la chambre d’agriculture, lundi 8 mars, la préfète des Landes, Cécile Bigot-Dekeyzer, a indiqué que 243 éleveurs concernés par des abattages avaient été indemnisés. Cela représente “7 millions d’euros versés ou mis en paiement”, indiquait-elle.

Précisions : il s’agit d’un acompte, qui est calculé sur la valeur des animaux, dite “la valeur objective”. Les autorités s’appuient sur un barème qui détermine un prix de l’animal en fonction de son espèce, de son âge et du type de production.

Le solde doit être versé dans un second temps, “après expertise de l’ensemble des frais éligibles engagés par l’éleveur en relation avec les aspects sanitaires de la maladie (complément de la valeur des animaux, nettoyage, désinfection, aliments infectés)”.

Par ailleurs, lundi 8 mars, la préfète avait souligné que la Draaf (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) se débattait avec “des dossiers pas complets”, ce qui compliquait la procédure. “C’est quelque chose qui doit aller vite”, invitait-elle.

2 – Indemnisation pour pertes économiques

Les dispositions pour les indemnisations pour pertes économiques sont en cours d’élaboration au niveau national, avec quatre groupes de travail qui “doivent proposer au ministre un cadre clair pour prendre en compte les situations de terrain”, indiquent les autorités.

Les quatre groupes de travail sont ainsi définis :

élevage : une réunion, qui se voulait conclusive, devait avoir lieu la semaine dernière. En discussion, figurait notamment “le calcul de la marge brute”. Aucune nouvelle information n’a été communiquée depuis.

couvoirs et établissements de sélection des oiseaux.

entreprise de services et aval de la filière. Lundi 8 mars, la préfète indiquait qu'”à ce stade, il y avait encore des divergences en matière d’année de référence entre les filières palmipèdes et volailles. Le ministère a besoin que la profession se mette d’accord”. Des élus présents semblaient préciser qu’un accord était en voie d’être trouvé, mais ce n’était encore remonté aux autorités en fin de semaine.

filière gibiers à plumes.

Vendredi 19 mars à 14 h 30 , une conférence en ligne est organisée par la chambre d’agriculture pour répondre aux questions des éleveurs et des entreprises. Chacun est invité déjà à poser ses questions sur le formulaire pour une meilleure organisation. Rendez-vous sur : digievent.fr/agriwebtvIA40 .

Lire l’article original