12 mai 2021

Influenza aviaire dans les Landes : dans 96 communes, les élevages vont pouvoir retrouver palmipèdes et volailles

Bonne nouvelle. Une bonne partie des communes du département des Landes, jusqu’alors placées en « zone de surveillance » en raison de la crise d’influenza aviaire qui a touché le Sud-Ouest en … Lire l’article original

Par Jean Blaquière

La carte des communes sous surveillance a connu une forte évolution des zones de restriction pour les élevages.

Bonne nouvelle. Une bonne partie des communes du département des Landes, jusqu’alors placées en « zone de surveillance » en raison de la crise d’influenza aviaire qui a touché le Sud-Ouest en ce début d’année, ont basculé en « zone indemne » ce jeudi 15 avril, suite à la publication de deux arrêtés, signés par la préfète des Landes, Cécile Bigot-Dekeyzer.

Sur le meme sujet

96 communes en zone indemne

Concrètement, ce sont 96 communes, principalement situées dans les régions dacquoise, du Marsan et de l’Armagnac qui basculent en zone indemne, alors qu’elles étaient en zone de surveillance. Cela signifie que, dorénavant, les palmipèdes et les volailles peuvent, dans ces communes, être remis en place dans les élevages, dans des conditions strictes de biosécurité.

Sur le meme sujet

En parallèle, 177 communes, installées dans le sud du département, en Chalosse, dans le Tursan, en Pays Tarusate et certaines de l’Armagnac, jusqu’alors placées en « zone de protection », basculent en « zone de surveillance renforcée ». Il sera désormais possible de remettre en place des poussins et des poulettes futures pondeuses, après dépôt d’un dossier à la DDETSPP.

Sur le meme sujet
Titre
La carte des différentes zones de surveillance dans les Landes, à la date du jeudi 15 avril.

Crédit photo : Préfecture des Landes

La préfecture précise que pour les communes placées en zone de surveillance renforcée, il « faudra encore attendre quelques semaines pour les remises en place de palmipèdes, avec un calendrier et des conditions qui seront communiquées sous peu par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. »

Lire l’article original