12 mai 2021

Impôts : les deux tiers des Landais éligibles à la déclaration automatique

Les Finances publiques des Landes ouvrent leurs portes de début avril à fin mai pour accompagner les contribuables dans leur déclaration de revenus. Pour certains, il n’y a rien à faire, si ce n’est vérifier que les données de l’année précédente sont toujours valables. Lire l’article original

Deux mois de campagne : les Finances publiques proposent de l’aide aux Landais de début avril à fin mai pour remplir leur déclaration de revenus. Une partie importante des contribuables n’en aura pas besoin, car ils n’ont rien (ou presque) à faire.

Aucune démarche

On en rêvait par le passé, c’est une réalité pour certains depuis 2020 : la déclaration automatique des revenus permet de s’affranchir des démarches fastidieuses habituelles. Si rien n’a changé par rapport à l’année passée dans votre dossier, il n’y a rien à faire.

Sur environ 220 000 foyers fiscaux dans les Landes, les deux tiers peuvent prétendre à la déclaration automatique. Un peu plus d’un quart (27%) en ont bénéficié en 2020. Pour être éligible, il faut que l’administration puisse anticiper le montant de vos revenus ; faisable pour la plupart des salariés, impossible pour d’autres statuts, comme les travailleurs indépendants.

Des guichets ouverts tous les matins

Besoin d’une information ? Voici les différentes options proposées par les Finances publiques des Landes

  • Un numéro unique (national) : 0 809 401 401. Il remplace depuis cette année les numéros locaux.
  • Des guichets (sans rendez-vous) ouverts de 8 h 45 à 12 h, du lundi au vendredi aux centres de Mont-de-Marsan, Dax et Morcenx
  • Le site des impôts : depuis cette année, un assistant virtuel est disponible. Il est programmé pour vous aiguiller et répondre aux questions récurrentes. 

Les échanges téléphoniques peuvent mener à un rendez-vous, parfois en physique dans les “Espace France Service” à Aire sur l’Adour, Peyrehorade, Rion des Landes, Geaune et dans l’agglomération de Mont-de-Marsan (bus itinérant).

Lire l’article original