25 février 2021

Haute Lande : à Callen, un quartier coupé du monde par les eaux

Depuis le 20 janvier il n’y a pas eu un seul jour sans pluie. L’eau tombe sans discontinuer, sans laisser le temps à la terre de l’absorber, sans fossés en bon état pour l’évacuer. A Callen, les Landais vivent bottes aux pieds depuis le début de l’année 2021. Lire l’article original

Robert a 87 ans. Il vit seul au bout de la piste du quartier Arnozet de Callen. Ça fait une semaine que sa maison est entourée par les eaux. Une semaine qu’il n’a pu se rendre auprès de sa femme pensionnaire de la maison de retraite de Luxey.  Malgré sa bonne nature, comme il la décrit lui même, le moral commence à prendre l’eau, lui aussi. “Chez moi c’est Venise ! Au début ça va mais quand ça dure comme ça … Ça finit par faire long ” soupire l’octogénaire. 

Le moral prend l’eau

Habitué des longues randonnées en VTT, Robert est coincé chez lui
Habitué des longues randonnées en VTT, Robert est coincé chez lui © Radio FranceAnna Bonnemasou Carrère

A 20 mètres de là Dominique fait les cent pas sur son perron. Elle aussi est prisonnière des eaux. En 21 ans dans le village de Callen, elle n’avait jamais vu ça. Des crues oui, mais une prise d’otage aquatique non. D’habitude Robert et elle se retrouvent sur la piste qui relie leur maison pour discuter, se tenir compagnie. Mais depuis les crues, pour prendre des nouvelles c’est par téléphone que ça se passe : ” Il y a de l’eau partout … Alors on s’appelle pour discuter. Je refuse d’essayer d’y aller à pied, j’en ai marre de patauger. ” râle la Landaise d’adoption. Entourés par les eaux, Dominique et Robert vivent reclus dans leurs maisons, miraculeusement épargnées par les eaux, grâce à 10 petit centimètres qui surélèvent leurs paliers. Mais impossible de quitter leurs propriétés. Pour le ravitaillement, il faut compter sur les réserves et la solidarité. 

Dans le quartier Arnozet, l'eau rend la piste impraticable
Dans le quartier Arnozet, l’eau rend la piste impraticable © Radio FranceAnna Bonnemasou Carrère

La solidarité face aux inondations

Et depuis une semaine la solidarité a pris la forme du sourire discret de Alain et le bruit tonitruant du moteur de son vieux Pick up blanc. Une fois par semaine il apporte les courses, le courrier et les dernières nouvelles du centre bourg aux Callenois encore isolés par les eaux. Avant la retraite il était forestier, pendant 40 ans il a arpenté la forêt landaise. Ces pistes il les connaît par cœur. Lui aussi de l’eau il en a déjà vu, mais jamais comme ça. ” Le soucis c’est qu’on a plus de fossés en état pour évacuer l’eau. Soit ils sont bouchés soit ils ont été comblés. Et puis la forêt a beaucoup changé aussi. Désormais on n’y plante plus que des pins, ils ne retiennent pas beaucoup l’eau.” 

Il a fallut deux opérations de pompage pour évacuer l'eau du centre bourg
Il a fallut deux opérations de pompage pour évacuer l’eau du centre bourg © Radio FranceAnna Bonnemasou Carrère

Un constat que partage Yann Bouffin, maire de Callen. ” Il est évident que notre réseau d’évacuation n’est plus adapté à la situation actuelle, et moins encore à celles auxquelles nous devrons faire face dans le futur à cause du dérèglement climatique“. L’édile a d’ors et déjà  tenu un conseil municipal exceptionnel avec les représentants des communes voisines, pour réfléchir à de nouveaux aménagements d’évacuation des eaux de pluie. 

Lire l’article original