7 mars 2021

Grippe aviaire : la justice demande à l’État de préciser l’arrêté sur l’abattage préventif des volailles

Le Tribunal administratif de Pau a annulé, ce mardi, la requête de la Confédération paysanne, qui demandait l’annulation de l’arrêté préfectoral qui prévoit l’abattage préventif des volailles. Mais demande à la préfecture de préciser son arrêté. Elle a 24 heures pour le faire. Lire l’article original

Le recours de la Confédération paysanne contre les mesures mises en place dans les Pyrénées-Atlantiques pour lutter contre la grippe aviaire, en particulier l’abattage préventif des volailles, a été rejeté, ce mardi après-midi, par le Tribunal administratif de Pau (Pyrénées-Atlantiques) qui admet le “caractère nécessaire” de l’abattage préventif. Mais la justice demande à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques de préciser l’arrêté du 5 février 2021 qui prévoit l’abattage préventif de toutes les volailles présentes sur les communes se trouvant, même partiellement, dans un rayon de 5 kms autour d’un foyer de grippe aviaire.

La préfecture a 24 heures pour modifier l’arrêté

Plutôt que de raisonner en termes de communes, l’État a 24 heures pour établir une liste précise des exploitations concernées par la mesure, afin que ne soient pas lésés tous les éleveurs d’une même commune, même ceux ne se trouvant pas dans le rayon des 5 kms autour d’un foyer.

Pas de nouveau foyer détecté dans le département depuis une semaine

Une décision dont “prend acte” la Préfecture, a expliqué le directeur de cabinet du préfet Théophile de Lassus, qui indique que les services de l’État fonctionnaient déjà de cette manière sur le terrain. Il ajoute que cela fait maintenant “plusieurs jours, même une semaine, qu’aucun foyer d’influenza aviaire n’a été détecté sur le département” et que “nous sommes sur la pente descendante de l’épizootie”

Lire l’article original