12 mai 2021

Grève chez Rayonier à Tartas (40) : les négociations dans l’impasse

Votée mardi 6 avril, la grève se poursuit à la papeterie Rayonier de Tartas. En fin de matinée, ce vendredi 9 avril, une centaine de syndiqués CGT, rejoints par quelques retraités, se sont ras… Lire l’article original

Votée mardi 6 avril, la grève se poursuit à la papeterie Rayonier de Tartas. En fin de matinée, ce vendredi 9 avril, une centaine de syndiqués CGT, rejoints par quelques retraités, se sont rassemblés au pied du fronton du stade Élie-Lacroix, à Bégaar, pour décider de la suite à donner au mouvement de grève.

« Les négociations avec la direction sont dans l’impasse, confiait Paul Bracq, le délégué syndical CGT. Bien que nous ayons retravaillé nos propositions, la direction se refuse de négocier tant que l’usine est à l’arrêt ». Un chantage que n’apprécient guère les grévistes. « Nous prenons la température auprès des salariés pour voir la conduite à tenir, étant précisé qu’une autre assemblée générale sera nécessaire pour acter la reprise du travail ».

Pour la CGT, seuls des engagements chiffrés permettront de mettre fin au conflit ; « nos propositions sont en phase avec les marges de manoeuvre dont dispose la direction et sont compatibles avec la situation économique de l’usine », affirment les délégués.

« Augmentation différenciée »

Dans l’après-midi, les négociations ont repris durant 3 heures pour, finalement ne pas aboutir alors que les équipes d’après-midi avaient commencé à remettre les installations en service. « Le DRH n’a pas accepté nos dernières propositions et a ‘’chipoté’’ sur une somme dérisoire eu égard aux 350 000 euros de pertes générées par la grève pour l’entreprise, rapportait Paul Bracq, alors qu’un accord de principe d’une augmentation différenciée avait été acté ». Les salariés ont donc mis de nouveau l’usine en sécurité et, après un vote sur site, il a été décidé de poursuivre le mouvement de grève. Sachant qu’il faut 48 heures pour remettre la machine en route, la reprise n’est pas pour demain.

Lire l’article original