27 février 2021

Gouts (40) : le deuxième pont endommagé par les inondations a été démoli

Il a fallu deux grues pour réussir l’opération, qui a duré plusieurs heures, mercredi 20 janvier. Mercredi 20 janvier, il a fallu plusieurs heures aux grutiers de l’entreprise Rollin Levage pour venir à bout du pont sur le Marrein, situé sur la route qui relie Gouts à Audon. Une énorme grue s’est positionnée dès… Lire l’article original

Mercredi 20 janvier, il a fallu plusieurs heures aux grutiers de l’entreprise Rollin Levage pour venir à bout du pont sur le Marrein, situé sur la route qui relie Gouts à Audon. Une énorme grue s’est positionnée dès potron-minet, de grosses sangles ont enveloppé le tablier mais ce n’est que sur le coup de 16 heures que les 50 tonnes de l’ouvrage se sont élevées dans les airs pour être déposées puis démantelées par l’entreprise SGE sur la rive gauche du ruisseau.

>>> Retrouvez notre dossier “Inondations : quand les Landes finissent sous les eaux”

Auparavant, après une tentative infructueuse, il a fallu appeler une seconde grue pour lester la première de quelques tonnes supplémentaires (120 au total), puis “déchausser” le tablier qui faisait corps avec les bas-côtés et alléger le parapet de quelques pierres. À ce petit jeu, la dextérité de Youcef, l’homme à la pelle mécanique, s’est avérée décisive. “Nous allons récupérer les pierres en bon état pour les intégrer au nouveau pont”, explique Ludovic Dannequin, directeur de l’UTD de Tartas.

>>> Landes : le pont détruit par les inondations à Gouts est déconstruit ce lundi

De son côté, Enedis s’est mobilisée pour déplacer le réseau électrique de 20 000 volts afin que les travaux de voirie pour la construction d’un nouveau pont puissent démarrer rapidement. “Le temps de la déconstruction de ce second pont, nous avons dû procéder à une coupure ciblée qui a duré plus longtemps que prévu du fait des difficultés rencontrées”, s’excusait David Gourgues, interlocuteur collectivités locales auprès du maire Nicolas Saugnac.

Dans la foulée, Enedis a mandaté Theffo TP pour réaliser le déplacement du réseau qui épousait l’ouvrage. “La technique choisie est d’enfouir la ligne hors de l’emprise du futur pont à l’aide d’une technologie dite de forage dirigé”, précisait l’expert d’Enedis. Dès le démantèlement du pont, l’entreprise a débuté les opérations de forage afin d’enfouir le fuseau, deux mètres sous le cours d’eau, sur une longueur de 60 mètres au total. Le nouveau câble électrique sera ensuite tiré dans ce fourreau qui sera désolidarisé du pont. Un nouveau forage aura lieu pour le compte du Sydec eau, dont la canalisation passait aussi sous le pont.

Lire l’article original