16 mai 2021

Enlèvement de Mia : un mandat d’arrêt international délivré contre une figure du mouvement complotiste

Un mandat d’arrêt international a été délivré contre Rémy Daillet confirme ce mardi le procureur de la république de Nancy. L’homme est soupçonné d’avoir joué un rôle dans l’organisation de l’enlèvement de Mia la semaine dernière dans les Vosges. Lire l’article original

Le procureur de la république de Nancy confirme ce mardi qu’un mandat d’arrêt international a été délivré contre Rémy Daillet. L’homme est soupçonné d’être l’animateur principal de la “mouvance” qui a organisé l’enlèvement de Mia dans les Vosges. Il aurait joué un rôle dans l’organisation de l’enlèvement et aurait ainsi fourni les coordonnées de la personne qui a accueilli la mère la fillette  à Neufchâtel en Suisse précise le communiqué du procureur.

Plusieurs éléments, dont les auditions de certaines personnes placées en garde à vue et mises en examen pointent du doigt Rémy Daillet.

Une figure de la sphère complotiste

Selon le journal le Parisien, Rémy Daillet Widemann est un quinquagénaire réfugié en Malaisie. Cet ancien président du Modem de Haute-Garonne est une des figures de la sphère complotiste francophone. Il a notamment publié de nombreuses vidéos consacrées à la pandémie du Covid-19, qui appellent à renverser le gouvernement et la République. 

Il défend également un projet qui consiste à “stopper les placements abusifs d’enfants” et milite pour l’éducation à la maison. Le refus de la scolarisation : c’est justement l’une des thèse défendue par Lola Montemaggi, la mère de Mia.

Le nom de Rémy Daillet est aussi apparu récemment fin novembre dans l’attaque d’une gendarmerie dans les Landes, où l’auteur se référait à ses préceptes.

Mia avait été enlevée au domicile de ses grands-parents à Les Poulières près de Bruyères le 13 avril. L’enlèvement de la fillette avait été minutieusement préparé.  Mia et sa maman ont finalement été retrouvées dimanche en Suisse. Cinq hommes sont mis en examen pour “enlèvement en bande organisée de mineur de moins de 15 ans et association de malfaiteurs”. Un sixième homme est toujours recherché.

Lire l’article original