7 mars 2021

En images. Les Landes encore les pieds dans l’eau

Les Landes connaissent un nouvel épisode d’inondation en ce début d’année. Si les crues ne sont pas encore aussi impressionnantes qu’en décembre et janvier, les niveaux continuent de monter. Ce lundi 1er février, 47 routes départementales étaient fermées. . Lire l’article original


En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
La D408 est bloquée. Une habitation du secteur est prise entre trois routes fermées à cause de la montée des eaux. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Le pont des Droits de l’homme, à Mont-de-Marsan. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
La villa Mirasol vue de la résidence les berges de la Midouze, dans la cité montoise. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Le lavoir de la cale de l’abreuvoir est de nouveau sous l’eau, en centre-ville de Mont-de-Marsan. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Il est impossible de longer les berges, l’accès est sécurisé. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Au parking des berges du midou, l’eau monte rapidement. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Il reste encore quelques places au sec, mais plus pour longtemps. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
La Trattoria Pépé avait vu ses réserves inondées début janvier. Pour l’instant, il reste un peu de marge. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Sur la RD 32, entre Saint-Sever et Mugron, des barrières bloquent l’accès aux véhicules. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Malgré ça, certains tentent tout de même de passer. © Crédit photo : Thibault Toulemonde
En images. Les Landes encore les pieds dans l'eau
Des poteaux téléphoniques ont pliés avec la force du vent. © Crédit photo : Thibault Toulemonde

Lire l’article original