17 septembre 2021

En images. Christophe Maé, Flavia Coelho…, la troisième journée du festival Musicalarue à Luxey

Lire l’article original

Près de 1 600 personnes étaient présentes cette soirée du jeudi 29 juillet en Haute Lande

En images. Christophe Maé, Flavia Coelho…, la troisième journée du festival Musicalarue à Luxey
1 600 personnes étaient présentes pour la première venue de Christophe Maé à Musicalarue. © Crédit photo : Matthieu Sartre
Christophe Maé a interprété en espagnol son tube « Il est où le bonheur ».
Christophe Maé a interprété en espagnol son tube « Il est où le bonheur ».

Matthieu Sartre

Accompagnée de ses deux musiciens, Flavia Coelho a enflammé le Théâtre de Verdure avec ses chansons en portugais.
Accompagnée de ses deux musiciens, Flavia Coelho a enflammé le Théâtre de Verdure avec ses chansons en portugais.

Matthieu Sartre

Un peu plus tôt dans la journée, le spectacle « La Lumière de nos rêves », au cours duquel le public part à la rencontre d’un punk mystique, d’une mamie sévèrement catholique et d’un gauchiste révolutionnaire dont les destins vont se croiser. Et le public adore.
Un peu plus tôt dans la journée, le spectacle « La Lumière de nos rêves », au cours duquel le public part à la rencontre d’un punk mystique, d’une mamie sévèrement catholique et d’un gauchiste révolutionnaire dont les destins vont se croiser. Et le public adore.

Matthieu Sartre

« Car c’est bien d’humanité dont nous parlons ». Dans ce spectacle, Victor Bruneau, survivant de la Grande Guerre, fait monter sur scène des spectateurs pour remplacer ses camarades morts qui hantent ses souvenirs.
« Car c’est bien d’humanité dont nous parlons ». Dans ce spectacle, Victor Bruneau, survivant de la Grande Guerre, fait monter sur scène des spectateurs pour remplacer ses camarades morts qui hantent ses souvenirs.

Matthieu Sartre

Au Village gourmand, le quatuor Tricot combo a étonné le public avec ses gags absurdes et ses musiques délirantes. En clôture, les comédiens ont chanté a cappella « L’abattoir à lapinoux ».
Au Village gourmand, le quatuor Tricot combo a étonné le public avec ses gags absurdes et ses musiques délirantes. En clôture, les comédiens ont chanté a cappella « L’abattoir à lapinoux ».

Matthieu Sartre

Fidèle de Musicalarue, Wally a interprété des courtes chansons humoristiques sur la Scène des platanes.
Fidèle de Musicalarue, Wally a interprété des courtes chansons humoristiques sur la Scène des platanes.

Matthieu Sartre

Le public de la scène du Théâtre de verdure, lors du concert de Flavia Coelho.
Le public de la scène du Théâtre de verdure, lors du concert de Flavia Coelho.

Matthieu Sartre

La scène du Théâtre de verdure vue d’en haut, lors du concert de Flavia Coelho.
La scène du Théâtre de verdure vue d’en haut, lors du concert de Flavia Coelho.

Matthieu Sartre

La musique de Flavia Coelho emprunte des références au reggae, au trap et aux musiques caribéennes.
La musique de Flavia Coelho emprunte des références au reggae, au trap et aux musiques caribéennes.

Matthieu Sartre

Sur la Scène des platanes, Vlad a tourné en dérision la chanson de Francis Cabrel « Je l’aime à mourir ». Il en a fait une ode à l’euthanasie avec sa reprise « Je l’aide à mourir ».
Sur la Scène des platanes, Vlad a tourné en dérision la chanson de Francis Cabrel « Je l’aime à mourir ». Il en a fait une ode à l’euthanasie avec sa reprise « Je l’aide à mourir ».

Matthieu Sartre

Lire l’article original