21 avril 2021

Élections régionales en Nouvelle-Aquitaine : qui sont les têtes de liste ?

Alors que le socialiste Alain Rousset se prépare pour un cinquième mandat à la tête de la région, France Bleu fait le point sur les têtes de liste déjà connues pour les élections régionales des 13 et 20 juin. Sept candidats sont déjà investis ou pressentis. Lire l’article original

Les nouveaux conseillers régionaux seront élus les 13 et 20 juin 2021. Qui sont les figures qui mènent les listes ? Qui sont les candidats déclarés ? Investis ? Pressentis ? Alain Rousset, président de la région (Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine) depuis 1998, devrait repartir pour briguer un nouveau mandat. Alors que jusqu’à présent, le PS fait alliance avec les écologistes au conseil régional, quelles sont les alliances qui pourraient se nouer ? Quel état des lieux en Nouvelle-Aquitaine ?

Les candidats investis

Les Républicains : Nicolas Florian 

Nicolas Florian
Nicolas Florian © Radio FranceAurélie Bambuck

C’est la troisième fois que Nicolas Florian se présente aux régionales. Troisième de la liste de l’UMP Xavier Darcos en 2010, il siège depuis à l’hôtel de région. A 51 ans, ce juppéiste de toujours a été investi tête de liste de son parti, Les Républicains le 17 février. Il promettait alors de ne pas “être candidat par thérapie”, après son échec brutal face à Pierre Hurmic aux derniers municipales à Bordeaux. En mars 2019, adjoint aux finances à la mairie de Bordeaux, il avait remplacé son mentor Alain Juppé lors de sa démission. Le positionnement de Nicolas Florian permet de ne pas écarter une alliance avec LREM au deuxième tour. Dans sa vie “civile”, il a été responsable de communication puis dirigeant du groupe d’immobilier Pichet. Il est président du conseil d’administration de la Société Bordelaise des Équipements Publics d’Expositions et de Congrès qui gère entre autres le Parc des expos.

Le Rassemblement National : Edwige Diaz

Edwige Diaz dans les studios de France Bleu Gironde en 2018.
Edwige Diaz dans les studios de France Bleu Gironde en 2018. © Radio FranceStéphanie Brossard

Edwige Diaz veut axer sa campagne sur la sécurité et “la lutte contre le financement de l’immigration”. A 33 ans, elle est déjà une figure montante du Rassemblement national : conseillère régionale depuis 2016, cette habituée des plateaux de télé, et notamment de CNews, est devenue co-présidente du groupe RN au conseil régional il y a quelques mois aux côtés de Jacques Colombier. Conseillère municipale à Saint-Savin, en Haute Gironde, Edwige Diaz est également membre du bureau national du parti qu’elle a rejoint en 2012 après avoir été encarté à l’UMP. 

Europe Ecologie Les Verts : Nicolas Thierry

Nicolas Thierry
Nicolas ThierryBenjamin Boccas

Depuis 2015, Nicolas Thierry marche aux côtés d’Alain Rousset, en tant que conseiller régional, vice-président à l’environnement et à la biodiversité. Il mène aujourd’hui la liste Europe Ecologie Les Verts aux prochaines élections. Aux dernières, EELV avait également présenté une liste séparée menée par Françoise Coutant, avant de fusionner au second tour pour battre Virginie Calmels. Ce Girondin, fils de viticulteur de l’Entre-Deux-Mers, est consultant en politiques publiques, spécialisé en innovation environnementale. Il milite à EELV depuis 2005. Aux dernières municipales, Poitiers a été dérobée au socialiste Alain Claeys par la jeune écolo Léonore Moncond’huy, Pierre Hurmic a ravi Bordeaux à la droite, les Verts visent aujourd’hui la présidence de la région. Une question demeure : le pourront-ils seuls ? 

Le Mouvement de la Ruralité – Résistons : Eddie Puyjalon 

Eddy Puyjalon
Eddy PuyjalonLMR

Le Mouvement de la Ruralité a officialisé le 17 février un accord pour une liste commune avec le Mouvement Résistons de Jean Lassalle. Leur représentant n’est autre qu’Eddie Puyjalon, président du mouvement qui a succédé à Chasse Pêche Nature et Tradition. Ce sexagénaire est né à Cubzac-les-Ponts en Haute-Gironde où il habite toujours. Eddie Puyjalon a été élu conseiller régional en 2015 sur la liste de Virginie Calmels (LR). Il compte également se présenter à l’élection présidentielle de 2022 pour Le Mouvement de la Ruralité.

Les candidats pressentis

La France Insoumise : Clémence Guetté 

Clémence Guetté en 2021.
Clémence Guetté en 2021. © MaxpppAurelien Morissard

Elle n’a pas encore 30 ans, mais déjà beaucoup de responsabilités : coordinatrice du programme de la France Insoumise pour la présidentielle de 2022, secrétaire générale du groupe LFI à l’Assemblée, et peut-être bientôt tête de liste aux régionales. Pour l’instant la “chef de file” en Nouvelle-Aquitaine (avec le Girondin Loïc Prudhomme) est toujours en pleine négociations avec le PC qui appelle au rassemblement de la gauche, et avec le NPA de Philippe Poutou. Passée par Sciences Po, elle est née et a grandi dans le Bocage des Deux-Sèvres. Proche de Jean-Luc Mélenchon, elle a milité au front de Gauche, et participé à la création de la France Insoumise en 2016, puis à la dernière campagne présidentielle.

La République En Marche – MoDem : Geneviève Darrieussecq 

Geneviève Darrieussecq
Geneviève Darrieussecq © Radio FranceFrédéric Denis

La secrétaire d’état à la mémoire et aux anciens combattants l’annonçait le 26 octobre dernier sur France Bleu Gascogne : elle sera tête de liste de la majorité présidentielle aux prochaines régionales. La Nouvelle-Aquitaine est en effet l’une des rares régions dans lesquelles LREM a décidé de laisser la direction à son allié le MoDem. Mais en cette fin février, l’ancienne maire de Mont-de-Marsan n’a pas été désignée officiellement. A 56 ans, cette femme médecin a une longue carrière politique derrière elle : maire de Mont-de-Marsan pendant 9 ans (2008-2017), conseillère régionale (2004-2015), départementale dans les Landes (2015-2017), elle devient députée aux dernières législatives. Geneviève Darrieussecq est également membre du bureau exécutif national du MoDem.

Parti socialiste : Alain Rousset 

Alain Rousset, l'actuel président de la Région Nouvelle-Aquitaine.
Alain Rousset, l’actuel président de la Région Nouvelle-Aquitaine. © MaxpppChristophe Morin

Rien n’est encore acté de manière officielle. Mais en 2019, répondant à un journaliste espagnol du Heraldo de Aragon qui lui demandait s’il serait candidat en 2021, Alain Rousset répondait : “J’y suis obligé, pour finir le travail”, laissant peu de doute sur ses intentions. Intentions réitérées l’été dernier en réunissant une soixantaine de personnes dans sa bergerie de Pessac, près de Bordeaux. À tout juste 70 ans, Alain Rousset devrait donc briguer un cinquième mandat, lui qui a été élu président de la région Aquitaine pour la première fois en 1996. 

Élu maire de Pessac, la troisième ville la plus peuplée de l’agglo Bordelaise, en 1989, il a d’abord été l’un des principaux opposants à Jacques Chaban-Delmas, puis Alain Juppé en tant que vice-président de la CUB, avant de passer le flambeau pour des questions de cumul des mandats. Il a été conseiller général de la Gironde (1988-1998), président de la CUB (2004-2007), député (2007-2017). Diplômé de Sciences Po, militant socialiste de la première heure, Alain Rousset a quasiment toujours été dans la politique. Sa seule activité notable, hors mandat électif ? Une mission pour Elf Aquitaine (alors entreprise publique) sur le bassin de Lacq, de 1986 à 1998.

Lire l’article original