20 avril 2021

EELV Landes interpelle Jean Castex au sujet des crises aviaire et climatique

Si la visite du Premier ministre Jean Castex dans les Landes ne devrait pas s’éterniser plus de quelques heures, la section landaise d’Europe Écologie-Les Verts ne veut pas pour autant manque… Lire l’article original

Le parti écologiste dénonce notamment une “urbanisation incontrôlée” qui aggrave les conséquences des épisodes d’inondations. Le Premier ministre sera en visite à Mont-de-Marsan ce vendredi

Si la visite du Premier ministre Jean Castex dans les Landes ne devrait pas s’éterniser plus de quelques heures, la section landaise d’Europe Écologie-Les Verts ne veut pas pour autant manquer l’occasion d’attirer son attention.

Dans un communiqué publié mercredi 3 février au soir, les écologistes landais remettent en cause la gestion de la crise aviaire dans le département : “Les abattages systématiques ne répondent pas à la problématique sanitaire, il est injuste d’abattre les troupeaux des petits éleveurs sans analyses préalables. EELV Landes souhaite que soit mise en place une véritable stratégie d’adaptation et d’accompagnement des éleveurs landais.”

Urbanisation “à la papa”

L’autre revendication principale des Verts landais concerne les récents épisodes d’inondations , qui se multiplient dans le département. Dans ce dossier, EELV Landes dénonce une urbanisation “à la papa”, payée par de nombreux habitants touchés par la montée fréquente des cours d’eau landais : “C’est l’urbanisation incontrôlée qui est montrée du doigt par les Landais comme un facteur aggravant des conséquences de la montée des nappes et des cours d’eau. EELV Landes demande à ce que les documents d’urbanisme, notamment les PLUi, soient élaborés et coécrits avec les habitants et les associations et qu’ils comportent des clauses impératives et restrictives en matière de protection de la faune et de la flore”, poursuit le communiqué.

Au sujet de l’urbanisation, le parti écologiste pointe également différents projets immobiliers à Mont-de-Marsan, comme au Bois de fatigue ou sur la rue Cadillon , où “le PLUi s’assied aujourd’hui sur la protection de l’environnement”.

Lire l’article original