30 juillet 2021

Départementales – Landes : le maire de Castets peut-il battre le président sortant cette fois ?

Les départementales et le premier tour ce dimanche. Direction le canton Côte d’Argent avec cette question : le président du département sur ce canton est il en position de force ou peut-il vaciller ? Lire l’article original

Le premier tour des départementales, c’est ce dimanche. Pause sur le canton Côte d’Argent avec cette question : le président du département, Xavier Fortinon, candidat sur ce canton, est-il en position de force ou peut-il vaciller ? Le président du département Xavier Fortinon, union de la gauche, peut-il par exemple se faire sortir par Philippe Mouhel, candidat centriste de Couleurs Landes et maire de Castets. Les observateurs s’interrogent sur un duel aux allures de revanche. En 2015, Xavier Fortinon et Philippe Mouhel s’affrontaient déjà. Au second tour, le socialiste avait battu le centriste avec 406 petites voix d’avance. Sauf que six ans plus tard, le statut et le CV du maire de Castets s’est étoffé. 

Philippe Mouhel, 42 ans, avec la politique comme passion de toujours : “je suis tombé dedans tout petit avec mon papa“, raconte-t-il. “Mon papa était secrétaire fédéral du Parti Socialiste ici à Castets et s’était présenté lui aussi aux cantonales en 1993“. L’actuel maire de Castets a lui choisi le centre, après avoir été déçu par Ségolène royale puis après une rencontre avec Geneviève Darrieusecq. Le voilà désormais adhérent à l’UDI, pas tout à fait dans les pas de son père : “je peux vous assurer que les repas de famille sont animés“.  

Une notoriété plus forte qu’en 2015 

Depuis, Philippe Mouhel a fait du chemin. Élu conseiller municipal de Castets en 2007 à 28 ans, puis maire en 2014 à 35 ans et réélu maire en 2020 avant d’être élu président de la communauté de commune. Au moment de son élection à la tête de l’intercommunalité en juillet dernier, petit moment archive, Philippe Mouhel avait d’ailleurs annoncé au journal Sud Ouest : “À présent élu, je me mettrai au service de la communauté de communes et ne briguerai pas de mandat à l’occasion des élections départementales l’an prochain“. 

Je l’assume complètement, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis“, répond aujourd’hui le maire de Castets. Pourquoi avoir changé d’avis ? “Mes amis m’ont mis un coup de pied aux fesses et m’ont incité à y aller en me disant : “Ça suffit, il faut que tout cela se termine“.

Parenthèse fermée, revenons au parcours de Philippe Mouhel et ses succès électoraux. Le maire de Castets estime aujourd’hui être reconnu, une arme pour combler les 406 voix d’écart qui l’avait fait perdre en 2015 face à Xavier Fortinon. “C’est vrai que c’est plus simple d’avoir un nom et une personnalité reconnue pour incarner le territoire“, reconnait Philippe Mouhel qui confirme avoir plus de chance cette fois-ci qu’en 2015 face au président sortant : “oui, clairement, oui“.  

Xavier Fortinon, même pas peur

Sauf que Xavier Fortinon, candidat à sa réélection à la tête du département, tempère sur la porté des succès électoraux de son adversaire : “Monsieur Mouhel a été élu au premier tour, ce n’est pas difficile, il était tout seul comme candidat“. Xavier Fortinon estime que si il faut chercher une dynamique électorale favorable, elle joue pour lui. Aux municipales 2020 à Mimizan, Xavier Fortinon était cinquième sur la liste de gauche. Liste qui a battu la droite en place depuis 12 ans : “je pense que la dynamique, elle est plutôt pour ceux qui gagne face à des oppositions que le contraire“. Alors Philippe Mouhel ne fait pas figure d’épouvantail pour le président sortant ? “Ah non, mais vraiment pas du tout“, termine Xavier Fortinon.  

,

Lire l’article original