16 mai 2021

Départementales dans les Landes : LR refuse l’alliance avec le Modem/LREM

Contrairement à 2015, la droite et le centre ne seront pas unis lors du premier tour des élections départementales : le parti Les Républicains refuse de s’allier aux candidats de la majorité présidentielle Modem/LREM. Lire l’article original

A presque deux mois du premier tour des élections départementales, prévu désormais le dimanche 20 juin, le parti Les Républicains a présenté, ce mercredi 14 avril son premier binôme de candidats dans les Landes. Brice Saint-Cricq, un étudiant de 23 ans, et Hélène Laborde-Saubignac, conseillère municipale depuis un an à Audignon, seront candidats dans le canton Chalosse Tursan. 

A cette occasion, Arnaud Tauzin, maire de Saint-Sever et secrétaire départemental de LR dans les Landes, a précisé la ligne : son parti ne fera pas d’alliance au premier tour avec le Modem ou LREM. Alors que la droite et le centre avaient noué une alliance en 2015, dès le premier tour, sous la bannière  “Couleurs Landes”, pour tenter de gagner le département, une stratégie différente est mise en place pour l’élection à venir. Comme LR, au niveau national, fait partie de l’opposition, Arnaud Tauzin n’imagine pas qu’une alliance, au niveau départemental, puisse rassembler Les Républicains et les partis de la majorité présidentielle (Modem ou LREM) : “Une partie du centre a fait le choix de rejoindre une partie de la gauche pour créer la majorité présidentielle actuelle ; je fais partie de ceux qui considèrent que faire coexister ensemble des gens qui n’ont pas forcément les mêmes valeurs engendre des décisions incohérentes, prises à contre-temps, c’est ce qu’on vit depuis 2017.” 

Brice Saint-Cricq et Hélène Laborde-Saubignac, ici dans les arènes de Saint-Sever (Landes), sont candidats LR dans le canton de Chalosse Tursan
Brice Saint-Cricq et Hélène Laborde-Saubignac, ici dans les arènes de Saint-Sever (Landes), sont candidats LR dans le canton de Chalosse Tursan © Radio FranceRenaud Biondi-Maugey

En se présentant sans faire d’alliance avec le Modem ou LREM, les Républicains veulent défendre des valeurs et une forme de cohérence. “Sur la question du social, sur la question de l’insertion, il y a une vision qui est celle que nous portons et qui n’est pas celle du Parti socialiste ni celle non plus du gouvernement” déclare Arnaud Tauzin. 

A ce stade, Les Républicains ne précisent pas s’ils présenteront un binôme de candidats dans tous les cantons landais (il y a 15 cantons dans les Landes, et 2 candidats sont élus par canton). La tête de liste départementale des Républicains sera Alain Dudon, ex-maire de Biscarrosse. Il sera très probablement candidat dans le canton des Grands Lacs.

Mathieu Ara, chef de file du centre

Du côté de la majorité présidentielle LREM/Modem, c’est Mathieu Ara, un proche de Geneviève Darrieussecq, qui sera tête de liste départementale, en reprenant la bannière “Couleurs Landes”. Il assure que sa liste sera en mesure de présenter des binômes de candidats dans tous les cantons landais. Cela veut dire que, dans certains cantons landais, des candidats LR seront opposés au premier tour à des candidats de la majorité présidentielle. Dans certains cantons, les divisions de la droite et du centre seront encore plus difficiles à décrypter, comme dans le Marensin-Sud, où Lionel Camblanne, ex-maire de Seignosse, toujours encarté LR, sera candidat de la liste de Couleurs Landes : il n’adhère pas à la stratégie de son parti et ne comprend pas que LR refuse l’alliance avec le Modem et LREM. On ne sait pas si LR présentera un binôme de candidats contre Lionel Camblanne, qui serait alors LR dissident. 

Des divisions aussi à gauche

A gauche, le PS et le PCF, qui représentent la majorité sortante, seront unis dès le premier tour dans tous les cantons landais, avec Xavier Fortinon comme chef de file. Le président sortant du Conseil départemental, qui a succédé à Henri Emmanuelli, est candidat à sa réélection. 

Europe Écologie-Les Verts n’a pas rejoint cette alliance à ce stade, et menace de présenter des candidats de son côté, tout comme la France insoumise.

La droite de la droite, elle aussi, risque de partir en ordre dispersé dans les Landes. Puisque, si le Rassemblement national entend présenter des candidats dans les 15 cantons des Landes, des dissidents du RN pourraient jouer les troubles fêtes. Christophe Bardin, ancien numéro 1 du RN dans les Landes, qui a été écarté, a depuis rejoint une nouvelle formation, les Droites indépendantes nationales. Il jure que ce mouvement présentera des candidats dans au moins 1 canton sur 3 dans les Landes.

Lire l’article original