16 mai 2021

Dax : une trentaine de policiers manifestent devant le tribunal judiciaire

Une trentaine de policiers se sont rassemblés, ce mardi midi, à l’appel des syndicat Alliance et UNSA, en soutien à leurs collègues de l’Essonne, après le verdict prononcé dans l’affaire des policiers blessés à Viry-Chatillon, en 2016. Des peines trop “légères” estiment-ils. Lire l’article original

Des manifestations à l’appel des syndicats de police Alliance et UNSA se sont déroulés à Paris et peu partout en France ce mardi 20 avril. A Dax, une trentaine de policiers se sont rassemblés devant le tribunal judiciaire, ce mardi midi, pour dénoncer le verdict rendu la semaine dernière au procès en appel des policiers brûlés à Viry-Châtillon (Essonne) par la cour d’assises des mineurs de Paris. 

Des peines plus légères qu’en première instance, allant de 6 à 18 ans de prison pour cinq jeunes, alors que huit autres personnes ont été acquittées. Lors du premier procès, huit accusés avaient été reconnus coupables et condamnés à des peines allant de 10 à 20 ans de prison. Cinq autres avaient été acquittés. Les treize personnes comparaissaient pour l’attaque de deux voitures de polices avec des cocktails molotov en octobre 2016 dans le quartier de la Grande Borne à Viry-Châtillon (Essonne). Quatre policiers avaient été brûlés dont deux grièvement.

Par rapport aux faits, les sanctions devraient être plus sévères” réagit Didier Marcaillou, secrétaire départemental adjoint du syndicat Alliance. C’est ce message qu’ils sont venus exprimés devant le tribunal de Dax.

Toutefois, à Dax, les policiers ont le sentiment d’être “un peu préservés” ajoute le secrétaire départemental adjoint, avant de poursuivre : “on a la chance d’être épargné ici, on a une proximité plus facile avec la population… Mais si on est préservé, il faut rester vigilants et empêcher que les choses se dégradent… Ici, la délinquance n’est pas la même que dans les grands ensembles de régions parisiennes, même si cette délinquance augmente sensiblement.”.

“Ici, on est soutenu par la justice”

On est un privilégié ici dans le sud-ouest mais on voit une montée en puissance des rebellions, des outrages” confie Nicolas Lapré, du syndicat Unsa Police Nationale.

Ce rassemblement est un geste de solidarité envers leurs collègues de l’Essonne et ne constitue pas une défiance à l’égard de l’autorité judiciaire tempère Nicolas Lapré. “On a la chance d’avoir un Tribunal qui suit les affaires, il y a une réponse avec des sanctions derrières, il faut que ce soit le cas partout en France

Lire l’article original