21 juin 2021

Dax candidate au Tour de France : combien ça coûte, combien ça rapporte ?

La ville de Dax est candidate pour l’arrivée d’une étape du Tour de France en 2023 et la ville de Mont-de-Marsan réfléchit à une candidature cette même année. Est-ce intéressant économiquement ? Oui, si on en croit les dernières études. Lire l’article original

Est-ce que, économiquement, une collectivité a intérêt d’accueillir le Tour de France ? La question se pose maintenant que Dax est candidate pour être ville étape en 2023, d’autant que Mont-de-Marsan travaille à une candidature aussi même si celle-ci n’est pas encore officielle. La question se pose d’autant plus que la crise Covid est passée par là, affaiblissant l’économie nationale et, par ricochet, la capacité d’investissement des collectivités locales. Pourtant, à Dax, la mairie a décidé en candidatant d’envoyer un message à ses administrés : “nous sommes prêts à organiser un événement de qualité pour tous”, explique l’adjoint aux sports, Amine Benalia Brouch. 

Pour le moment, il a du mal à donner une estimation du coût de l’accueil du Tour de France dans la ville thermale. “Ça dépendra du parcours évidemment, des infrastructures qu’on devra mettre en place et de l’endroit où elles seront localisées”, explique-t-il, alors que la ville est seulement candidate et que les organisateurs ne dévoileront les lauréats qu’à l’automne 2022. Il existe un prix, connu, celui du chèque à adresser à ASO (Amaury Sport Organisation) : 80 000 euros, hors taxes, pour une ville départ et 120 000 euros pour une ville arrivée. À cela il faut donc ajouter le coût variable et à Pau, ville candidate perpétuelle au Tour, on l’estime par exemple en 2021 à 60 000 euros maximum (barrières, communications). 

Mais à côté de cela, Dax espère par exemple deux millions d’euros de retombées économiques si la ville est choisie par les organisateurs pour le Tour 2023. Ce ne sont pas des attentes irréalistes selon les dernières études effectuées sur le sujet, datant de 2015. Cet été là, le Havre est ville arrivée du Tour de France : le retour économique pour la collectivité (ville, commerçants, etc..) est alors de 4,2 euros pour 1 euro investi. L’année précédente, l’agence de développement touristique de l’Ain, lors de l’arrivée à Oyonnax, estime les retombées économiques à 1 million 200 mille euros pour seulement 260 000 euros d’investissement. Pour les villes plus petites, l’opération est encore plus juteuse, grâce notamment aux images télévisées dans plus de 190 pays, communication gratuite (une ville arrivée a en moyenne 20 minutes de visibilité à la télévision sur le service public).

Ajoutez à cela : l’engouement du public pour ce genre d’événements, les associations dynamisées, les commerçants locaux ravis. Vous comprenez alors qu’entre 250 et 300 villes candidatent chaque année pour faire partie du parcours de la plus belle course cycliste au monde.

Lire l’article original