16 mai 2021

Dans les Landes, 4 clients sur 10 des Gîtes de France reportent leur séjour

Il y a deux semaines, après la dernière intervention d’Emmanuel Macron, les propriétaires de gîtes dans les Landes ont, eux aussi, dû faire face à une cascade d’annulations pour ce mois d’avril. Mais, selon le directeur départemental des Gîtes de France environ 40% des clients reportent leur séjour. Lire l’article original

Même si les vacances de Pâques ne représentent que de 8% du chiffre d’affaires des Gîtes de France dans les Landes, les dernières annonces du gouvernement ont quelque peu déçu les propriétaires résume Philippe Latry : “C’est le deuxième printemps où on passe à travers ce début de saison précoce.” 

Mais “les _perspectives de reprise sont plus favorables_, enchaîne le directeur  départemental de l’association, “l’année dernière entre une période de confinement de quatre semaines, doublée de quatre semaine supplémentaires, plus ensuite la limitation de déplacement dans un rayon de 100 kilomètres, c’est 11 ou 12 semaines qui ont été impactées. Là, on est sur quatre semaines avec les perspectives de la vaccination qui constitue un élément positif. On commence a parler de protocole de réouverture de restaurants. Tout un faisceau d’indices qui laissent penser que la reprise se fera beaucoup plus rapidement”

Avant les annonces d’Emmanuel Macron le 31 mars dernier, les perspectives de réservation oscillaient entre 40 et 50% pour ces vacances d’avril. 450 contrats ont ainsi été annulés ou reportés dans les Landes selon le décompte des Gîtes de France. Philippe Latry estime qu’environ 300 autres auraient pu être signés jusqu’à début mai, la fin normalement prévue des vacances de printemps. 

Environ 6 clients sur 10 ont demandé le remboursement de leur séjour et  4 sur 10 un report de la réservation, sur le mois de mai et juin. “Pour le moment, et croisons les doigts, le confinement se termine le 2 mai, on a des sensations qui nous laissent penser qu’on va avoir des réservations de dernière minute, même si le calendrier du mois de mai cette année n’est pas favorable comme il l’était l’an dernier en terme de ponts. Donc, pour peu qu’on ait une conjonction d’éléments météo favorables et la fin du confinement le 2 mai, on peut penser que le mois de mai pourrait être, même si ce n’est pas une période de vacances, un lancement de la saison assez significatif en ce qui concerne l’activité touristique”, conclut Philippe Latry. 

Lire l’article original