12 avril 2021

Covid-19 : premier centre de vaccination éphémère des Landes

Il avait été annoncé il y a plusieurs semaines, à l’ouverture des premiers centres de vaccination dans les Landes. Le premier centre mobile est installé depuis ce lundi à Villeneuve-de-Marsan. Objectif : aller vers les personnes âgées isolées en milieu rural. Lire l’article original

Deux mois après le début de la vaccination contre la Covid-19 dans les Landes, un centre mobile est installé pour la première fois dans le département. Depuis ce mardi et jusqu’à vendredi, à la Salle des Fêtes de Villeneuve-de-Marsan, ce sont 350 personnes âgées de 75 ans et plus qui vont recevoir une première injection du vaccin Moderna. 

Avec deux lignes de vaccination, composée chacune d’un médecin et d’une infirmière, le dispositif “nous permet de vacciner à peu près 90 personnes par jour”, explique le Docteur Patrick Castéra, médecin généraliste, fraîchement retraité et qui a aidé à la mise en place de ce centre éphémère. Ouvert pour quatre jours, ce centre va drainer les personnes des 12 communes de la communauté de communes du Pays de Villeneuve en Armagnac Landais. 

Accueil, visite pré-vaccinale, injection et espace de repos où veillent deux pompiers : rien ne diffère d'un centre de vaccination permanent
Accueil, visite pré-vaccinale, injection et espace de repos où veillent deux pompiers : rien ne diffère d’un centre de vaccination permanent © Radio FranceValérie Mosnier

L’objectif de ce centre de vaccination mobile est d’intervenir sur les territoires moins vaccinés, souvent situés en zone rurale. “Sur les différentes zones du territoire landais, il apparaît que le taux de vaccination des personnes de plus de 75 ans, vraiment prioritaires pour la vaccination, est encore faibles à certains endroits. Et, c’est le cas de la zone de Villeneuve-de-Marsan”, constate la préfète des Landes, Cécile Bigot-Dekeyzer. 

Selon nos informations, le taux de vaccination est de 0.3% sur ce territoire contre 9% sur l’agglomération de Mont-de-Marsan, 7.2% pour le Grand Dax ou encore 9.4% sur la communauté de communes Cœur de Haute Lande. 

Ce sont des zones où la population n’est pas très importante, donc mettre en place un centre permanent n’était pas adapté”, rajoute Cécile Bigot-Dekeyzer. Un centre temporaire pour “booster” la vaccination a donc vu le jour, grâce aussi à la mobilisation des services de l’Etat, mais aussi des élus, du Conseil Départemental, qui met à disposition une infirmière et un médecin, et de la communauté des soignants de la communauté de communes du Pays de Villeneuve en Armagnac Landais. Ainsi, ce mardi Marie Butruille, infirmière libérale à Villeneuve-de-Marsan, est venue sur son jour de repos pour aider à la vaccination. 

Un recensement commune par commune

A l’annonce de l’ouverture du centre, le président de la communauté de communes, Jean Yves Arrestat, a d’abord réuni les soignants. Ces derniers partants pour la vaccination, il a ensuite fallu contacter les maires des 12 communes pour que chacun recense les personnes de plus de 75 ans et les personnes à risques. 

Sans listing officiel, car interdit, les élus se sont aidés des listes électorales, des CCAS, des clubs du troisième âge ou encore du voisinage. Ils ont parfois fait du porte à porte pour informer les habitants de l’opération. Une fois le recensement fait, ce sont les collectivités qui ont organisé les rendez-vous. Rien n’est passé par internet. “On a attrapé tous les gens qui ne se seraient pas vaccinés d’eux-mêmes”, résume Jean Yves Arrestat. 

Un rendez-vous enfin ! 

La preuve ce mardi, premier jour de l’opération. Lucette est venue depuis Laquie avec son mari : “J’écoutais les infos et tout le monde disait il y a un mois d’attente. Je me disais c’est pas la peine, je vais attendre. Je me sentais à l’abri, on voit personne donc franchement laissons la place aux autres, qui vraiment ont besoin.” Mais elle a profité de l’opportunité du coup de téléphone : “J’ai attendu et j’ai trouvé ça très bien d’être sollicitée. L’opportunité, j’ai dit ok ! Allons-y !”

Soulagement : certaines personnes avaient tenté de prendre rendez-vous dans un centre permanent, mais sans succès
Soulagement : certaines personnes avaient tenté de prendre rendez-vous dans un centre permanent, mais sans succès © Radio FranceValérie Mosnier

Si Lucette n’a pas cherché à prendre rendez-vous, ce n’est pas de Serge, Aline ou encore Jean-Claude. Tous ont tenté, désespérément de prendre un rendez-vous dans un centre de vaccination, mais sans succès : “C’était toujours plein ! On a essayé avec le 0800, la préfecture, les centres différents… J’ai téléphoné plusieurs fois à la préfecture, ça n’a jamais répondu, on a un disque : rappelez ultérieurement… J’avais déjà téléphoné à la préfecture, qui m’avait répondu qu’il n’y avait pas de vaccins, alors j’attendais…” 

Pour eux, être enfin vacciné est un soulagement, la perspective de pouvoir retrouver une vie plus normale, de revoir leurs petits-enfants. 

Les pompiers également mobilisés, aux côtés des élus, de la médecine de ville et des agents du Conseil Départemental
Les pompiers également mobilisés, aux côtés des élus, de la médecine de ville et des agents du Conseil Départemental © Radio FranceValérie Mosnier

Après Villeneuve-de-Marsan, Gabarret

La vaccination va se terminer vendredi à Villeneuve-de-Marsan. L’opération est dores et déjà réussie ici assure Jean Yves Arrestat : “Vendredi soir, normalement on devrait avoir au moins 95% des plus de 75 ans, qui le désirent, qui seront vaccinés.” Le centre de vaccination temporaire reviendra dans un peu moins d’un mois à Villeneuve-de-Marsan, pour la seconde injection. 

Venu pour l’ouverture du centre temporaire, aux côtés de la préfète des Landes, le directeur de l’ARS dans le département Didier Couteaud annonce que le même dispositif sera ouvert dans deux semaines, à partir du 23 mars, à Gabarret. La communauté de communes des Landes d’Armagnac qui affiche un taux de vaccination de 3.9%

Aujourd’hui, 30% des plus de 75 ans sont vaccinés contre la Covid-19 dans les Landes. Un chiffre quui est dans la moyenne régionale et nationale assure Didier Couteaud, qui annonce une accélération : “L’objectif c’est bien d’arriver au delà des 80% dans les semaines qui arrivent. On avait parlé de mi-avril, on aura des doses pour ça qui vont nous arriver début avril, même d’ici la fin mars. Et puis, il y a l’Astra Zeneca arrivé auprès des médecins généralistes.” Sans compter sur la vaccination en pharmacie qui commence en fin de semaine prochaine dans les Landes

Lire l’article original