28 juillet 2021

Covid-19 : le bus de vaccination pris d’assaut au Grand Moun

Les landais pouvaient se faire vacciner sans rendez-vous ce jeudi et ce vendredi 16 juillet dans un bus de vaccination situé sur le parking de Grand Moun. Avec l’allongement des délais d’attente dans les centres de vaccination, la file d’attente était conséquente. Lire l’article original

Depuis les annonces du Président de la République lundi et l’élargissement du pass vaccinal, près de 3 millions de Français ont pris rendez-vous sur la plateforme Doctolib pour une première injection contre le Covid19.  

Conséquence : les délais d’attente s’allongent. D’après Doctolib, au niveau national il faut attendre 17,4 jours pour recevoir sa première injection. Dans les Landes, le délai d’attente moyen est de trois semaines.

Au Grand Moun, un centre de vaccination mobile a pris place sur le parking. Un centre de vaccination sans rendez-vous qui ouvrait à 10h00 ce matin. Pour certains, c’est l’occasion d’en finir avec la galère des inscriptions en ligne sur le site Doctolib. Mais il fallait s’armer de patience ce vendredi, la file d’attente atteignait jusqu’à 200 mètres. Dans la matinée ce vendredi il fallait patienter jusqu’à trois heures voire plus pour espère recevoir la précieuse injection du vaccin Pfizer contre le Covid-19.

Je suis arrivé à 7h30 mais il y avait déjà deux personnes devant moi et à 8h00 on état déjà une vingtaine“, témoigne Jérémy, âgé d’une vingtaine d’années.

Dans la file d’attente, tout le monde a le même objectif : se faire vacciner le plus vite possible pour pouvoir passer un bel été. Benjamin est venu d’Aire-sur-l’Adour : “Il y avait un délai de trois semaines. J’ai vu qu’ici c’était sans rendez-vous donc je suis venu. Maintenant ça urge“, commente le Landais.

La responsable de ce centre de vaccination ambulant, Céline Cabane, ne s’attendait pas à un tel raz-de-marée. “C’est impressionnant. Depuis l’allocution du Président de la République, beaucoup de personnes qui n’était pas forcément pour le vaccin viennent. Certaines personnes nous disent qu’ils ne pensaient pas attendre quatre heures pour un vaccin, mais ils l’ont fait” souligne-t-elle.

A noter que la circulation du virus est en augmentation dans l’ensemble des départements de Nouvelle-Aquitaine entre le 5 et le 11 juillet, à l’exception de la Vienne et des Landes. 

Lire l’article original