26 février 2021

Coronavrus : 78% des Ehpad landais vaccinés mais les consignes sanitaires restent strictes

La circulation de la Covid-19 dans le département des Landes baisse avec des chiffres inédits depuis plus de 4 mois. Ce mardi, le taux d’incidence dans le département était de 83 pour 100 000 habitants. Dans les Ehpad landais, la situation s’est aussi fortement améliorée. Effet vaccin ? Lire l’article original

Selon le site Covid Tracker, qui compile les chiffres officiels du ministère de la Santé, près de 85% des résidents des Ehpad landais ont reçu leur première dose de vaccin

Aujourd’hui, sur les 61 Ehpad des Landes, 48 ont réalisé les deux doses de vaccin, 10 en sont à la première dose et trois n’ont toujours pas commencé leur campagne. 

Si l’on ajoute les 9500 personnes de plus de 75 ans hors Ehpad vaccinés, cela fait un landais sur quatre de plus de 75 ans qui a reçu sa première dose (13 000 personnes soit 26% de cette tranche d’âge). En tout, tous âges confondus, plus de 20 000 landais ont reçu une première dose soit 5% de la population du département.

Beaucoup moins de cluster dans les Ehpad

Sur les 61 Ehpad du département, il y a toujours trois clusters actifs selon l’Agence Régional de Santé. Trois clusters actifs, c’est 10 fois moins qu’au pic de l’épidémie en novembre dernier où il y a eu jusqu’à 30 Ehpad victimes de regroupement de cas simultanément. Voilà des chiffres qui montrent que la situation s’est largement améliorée. Mais cela ne veut pas dire qu’elle est réglée. D’ailleurs l’ARS le confirme , il est trop tôt pour crier victoire. 

D’autant qu’il y a eu des cas de contaminations dans des Ehpad landais malgré la vaccination de ses résidents. “Oui, il y a pu y avoir des Ehpad qui ont eu des épisodes de Covid. Soit entre deux injections soit à l’issue de la deuxième injection. Mais la deuxième injection, on est encore dedans. Donc c’est encore trop tôt pour dire que, après deux doses, il y a eu des contaminations. On a peu de recul“, explique Didier Couteau,  directeur départementale de l’ARS. 

Pas assez de recul et de données non plus sur la gravité des cas des résidents dépistés positifs après une dose de vaccin pour en faire une analyse. Rappelons enfin que les médecins n’ont cessé de rappeler que la réponse immunitaire mettait quelques semaines à se mettre en place et que le système immunitaire est moins réactif chez les personnes âgées. 

Une dynamique épidémique moins forte dans les établissements vaccinés ? 

En revanche, il semble se dessiner une tendance sur la vitesse de propagation du virus dans un Ehpad vacciné, selon le directeur départemental de l’ARS. “Quand on était sur le mois de décembre, quand on avait un cas ou deux cas ou trois cas qui apparaissait dans un Ehpad, on isolait l’établissement et sept jours après, on faisait un dépistage qui mettait souvent en évidence quasiment un nombre de cas multiplié par dix. Aujourd’hui, même si c’est trop tôt pour le dire, on est pas dans ce même schéma“, avance Didier Couteau.  

La circulation du virus semblerait moins exponentielle dans un établissement une fois les résidents vaccinés. C’est une première observation rassurante de l’ARS mais ce n’est pas une étude épidémiologique. A prendre avec des pincettes.

Il est donc difficile d’être totalement affirmatif sur un effet positif de la vaccination sur la situation épidémique dans les Ehpad landais. Il est encore trop tôt. Mais ce qui semble évident, c’est que la situation y est meilleure qu’en décembre. Sans doute que l’explication est d’ailleurs multifactorielle. La vaccination comme le ralentissement de la diffusion de l’épidémie dans le département dans la population générale doivent être pris en compte. 

La vie des résidents vaccinés n’a pas vraiment changé

Parmi les 48 Ehpad landais qui ont réalisé les deux doses de vaccin, il y a l’Ehpad d’Onesse-Laharie. C’était l’un des trois établissement du département à lancer la campagne de vaccination. Sur l’ensemble des résidents, seul trois ont refusé la piqûre. Tous les autres sont vaccinés et ont reçu leur seconde dose depuis plus de 10 jours. La moitié du personnel de l’établissement est également vaccinée. Pour autant, la vie n’a pas repris normalement.

Lire l’article original