16 mai 2021

Coronavirus : un premier cas de variant indien détecté en Nouvelle-Aquitaine, dans le Lot-et-Garonne

Un premier cas de variant indien dans le Lot-et-Garonne a été confirmé ce jeudi soir par l’Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine. Plus tôt dans la journée, le directeur de l’ARS l’avait évoqué lors d’une interview sur BFMTV. Lire l’article original

L’Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine confirme ce jeudi soir un premier cas de variant indien. “C’est le premier cas dans notre région, en Lot-et-Garonne, qui a été confirmé puisque le séquençage a été fait à Toulouse”, avait confié un peu plus tôt le directeur de l’ARS, Benoît Elleboode, à nos confrères de BFMTV. Le variant a été repéré “sur un patient qui était revenu d’Inde et qui refaisait un test parce qu’il devait repartir à l’étranger. On a identifié que c’était le variant indien et donc tout le dispositif de retrotracing, d’isolement et de protection de toutes les personnes a été mis en place vis-à-vis de ce variant indien”, a précisé Benoît Elleboode.

Un deuxième cas suspecté à Bordeaux 

Sur CNews, le directeur régional a ajouté qu’un second cas, cette fois-ci à Bordeaux, était suspecté. “Le virus est en train d’être séquencé au CHU de Bordeaux et on aura la réponse normalement demain” vendredi, a-t-il ajouté. Jusqu’à présent, seuls les variants dits “anglais”, “brésiliens”, et “sud-africains” avaient été détectés dans la région, la Creuse étant particulièrement touchée selon les données publiées la semaine dernière.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait indiqué mardi qu’“aucun cas de variant d’origine indienne” n’avait été détecté “en France métropolitaine”. Depuis samedi dernier, les mesures de contrôle aux frontières ont été renforcées pour les passagers en provenance de pays où un variant du coronavirus circule fortement. L’Élysée a annoncé lundi que la France allait fournir un “soutien médical d’ampleur” à l’Inde, qui fait actuellement face à une flambée de l’épidémie avec plus de 300.000 nouvelles contaminations chaque jour.

Lire l’article original