12 avril 2021

Coronavirus : pourquoi la Nouvelle-Aquitaine s’en tire beaucoup mieux que les autres ?

Alors que de nouvelles mesures sanitaires pourraient entrer en vigueur dès ce week-end du 20 mars en Île-de-France, le taux d’incidence en Nouvelle-Aquitaine – même s’il est en légère hausse cette semaine – reste deux fois moins élevé qu’au niveau national. Comment expliquer cette particularité ? Lire l’article original

Avec un taux d’incidence de 128 cas pour 100 000 habitants selon les chiffre hebdomadaires de Santé Publique France, contre 252 au niveau national, la région Nouvelle-Aquitaine fait clairement partie des régions les plus épargnées par le coronavirus, avec même des taux d’incidence parmi les plus bas de France dans les Pyrénées-Atlantiques (57 cas  pour 100 000 habitants) ou la Creuse (60 cas pour 100 000 habitants). Une spécificité qui dure depuis un an maintenant et qui trouve son explication dans plusieurs facteurs selon l’Agence régionale de santé ce jeudi 18 mars 2021.

Un temps d’avance depuis le début

Dès le déclenchement de la crise, notre région Nouvelle-Aquitaine a été l’une des dernières impactées. De ce fait, les mesures sanitaires successives qui ont été prises (premier et second confinement puis couvre-feu) sont intervenues à chaque fois lorsque la circulation du virus était très basse.C’est ce qui nous a permis de garder notre longueur d’avance jusqu’à aujourd’hui” estime Hélène Junca, la directrice générale adjointe de l’ARS de Nouvelle-Aquitaine, “la circulation du virus est plus facile à casser lorsqu’elle est plus faible“.

Un habitat plus bas

La douceur du climat moins favorable à la circulation du virus et plus propice à la vie au grand air fait également partie des explications avancées. Mais elle ne suffit pas à expliquer cette spécificité de notre région, par rapport à la région PACA par exemple. Le type d’habitat est désormais également pris en compte pour expliquer ces disparités. En Nouvelle-Aquitaine, ou trouve peu ou pas de barres d’immeubles, l’habitat est bas, “ce qui permet aux gens de sortir plus facilement de chez eux et d’aérer leurs logements” rajoute Hélène Junca.

Le dernier bilan hebdomadaire de Santé Publique France en date du 12 mars fait état d’un taux d’incidence de 128 cas pour 100 000 habitants en Nouvelle-Aquitaine avec le plus fort taux pour la Vienne (196 cas pour 100 000 habitants) et le plus faible pour les Pyrénées-Atlantiques (57 cas pour 100 000 habitants). 

Lire l’article original