21 avril 2021

Coronavirus : les pensionnaires de l’Ehpad Gaston Larrieu de Dax reprennent leurs habitudes de sortie

Depuis le 15 mars, tous les pensionnaires qui le souhaitaient sont vaccinés. Aussi, dés le 17 mars, les familles ont à nouveau été autorisées à les visiter dans leur chambre. A partir du 22 mars les pensionnaires ont pu reprendre leurs habitudes de sorties : un retour à la normale progressif. Lire l’article original

A Dax, l’Ehpad Gaston Larrieu a pu vacciner tous les résidents qui souhaitaient l’être et recommencer à organiser leurs sorties et les visites en chambre. Francis, 63 ans et Jacqueline 94 ans sont les premiers à en avoir profité, dés le 22 mars. 

Une liberté retrouvée

Pour Francis, la vaccination c’est le retour à la vie normale. Resté enfermé à l’EHPAD devenait de plus en plus dur pour ce retraité hyper actif. “Quand j’ai reçu le vaccin, je me suis senti comme un surhomme ! C’était très important pour moi de le faire, pour moi oui, mais surtout pour protéger les autres et pouvoir retourner me promener dehors.” Se promener dehors il le faisait deux fois par semaine avant l’épidémie. 

Dans son fauteuil roulant il prenait le bus pour se rendre en centre-ville et faire “quatre courses, prendre l’air, voir des gens leur dire bonjour“. “Pouvoir à nouveau croiser des inconnus dans la rue, entendre les bruits de la ville ça a été génial. Ça me manquait tellement qu’à un moment j’ai hésité à me faire la belle, un soir.” Mais Francis est sagement resté à l’EHPAD,a attendu son vaccin et dés qu’il a pu il est retourné à ses habitudes, ses courses, ses promenades. Quand il est revenu de sa première sortie il a ramené un sac de chocolat pour les soignants de l’établissement

Un air de “comme avant” 

Jacqueline aussi a dû prendre son mal en patience. Pensionnaire de l’EHPAD depuis six mois, elle n’avait pas revu sa famille depuis son entrée dans l’établissement. “Ça m’a fait une émotion, vous ne pouvez pas savoir ce que ça m’a fait !” Ses grands yeux bleus brillent quand elle détaille le menu qu’avait concocté sa fille aînée. “Elle m’avait fait des asperges à la crème !” 

C’est un détail, mais c’est la saison des asperges. Elles, elles n’ont pas attendu la vaccination et les autorisations gouvernementales pour sortir. Alors pour Jacqueline, qui a dû se soumettre à toutes ces dates, ces fameuses asperges ont le goût d’une normalité quasiment retrouvée. ” On a retrouvé notre liberté, une liberté qu’on avait plus depuis longtemps, alors je les ai vraiment apprécié !

Lire l’article original