17 mai 2021

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : une circulation toujours “très active”, la Creuse touchée par les variants

La circulation du coronavirus reste très active en Nouvelle-Aquitaine, explique Santé Publique France ce vendredi. La Creuse se démarque des autres départements de la région, avec un taux d’incidence qui flambe, et la présence de variants sud-africains ou brésiliens. Lire l’article original

“La circulation du SARS-CoV-2 reste très active dans la région avec un taux d’incidence qui atteint 200,6 pour 100 000 habitants et un taux de positivité en augmentation de 7,3 % “ lors de la semaine 15 (celle du 12 au 18 avril), estime Santé Publique France ce vendredi, dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire. “Il augmente dans trois départements : en Creuse (+ 91 %), en Corrèze (+ 26 %), et en Haute-Vienne (+ 14 %).” Des chiffres à prendre avec précaution, car pendant ce troisième confinement, les gens se font moins dépister. Dans tous les départements, le taux de dépistage est en baisse, “hormis en Creuse où ce taux est en augmentation (+ 30 %)”. Là où la population se fait le moins dépister ? Les Landes avec 2242 tests pour 100 000 habitants.

Des variants particulièrement présents en Creuse

Pourquoi l’épidémie flambe-t-elle en Creuse ? “La forte hausse observée dans le département de la Creuse est liée à deux clusters importants sur ce territoire où le variant V2/V3 a été identifié”, répond Santé Publique France. L’organisme fait référence aux clusters détectés dans deux Ehpad d’Ahen et Auzances alors que les variants sud-africains et brésiliens seraient particulièrement présents dans le département le moins peuplé de la région (environ quinze fois moins que la Gironde par exemple). Ces deux variants ne sont pas distingués par Santé Publique France. 

Les suspicions de variants sud-africains et brésiliens en France.
Les suspicions de variants sud-africains et brésiliens en France.Santé Publique France

Plus généralement, dans la région, le variant anglais prédomine, comme un peu partout sur le territoire français. Il représente 86,6 % des tests positifs criblés, contre 3,2 % pour les variants sud-africains et brésiliens.

Les suspicions de variant anglais en France.
Les suspicions de variant anglais en France.Santé Publique France

Les chiffres de l’épidémie en Nouvelle-Aquitaine 

Lire l’article original