25 février 2021

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : nette diminution des cas et des hospitalisations dans la région

Les indicateurs de suivi de l’épidémie de Sars-CoV-2 en Nouvelle-Aquitaine sont en baisse, se réjouit Santé Publique France dans son bulletin épidémiologique ce vendredi. Lire l’article original

“C’est une bonne nouvelle qu’il faut souligner” : une fois n’est pas coutume, le bulletin épidémiologique de Santé Publique France de ce vendredi débute sur une note positive. “Depuis deux semaines, nous observons une baisse significative des indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2. Le nombre de cas identifiés est en nette diminution ainsi que le taux de positivité traduisant une décélération de la circulation du virus dans notre région, et cela s’observe dans tous les départements et, quelles que soient les classes d’âges.”

Attention cependant aux nouveaux variants : le variant anglais est “présent dans l’ensemble des départements de la région”, les variants sud-africains et brésiliens également, mais “dans une moindre mesure”. L’aggravation de la situation dans les prochaines semaine “fait toujours partie des scénarios à envisager”, prévient Santé Publique France. Et la circulation du virus est très hétérogène en fonction des départements : dans les Pyrénées-Atlantiques, on compte 62,2 nouveaux cas pour 100.000 habitants, alors qu’en Dordogne, ce taux d’incidence est de plus de 180.

Des hospitalisations toujours importantes

Les hospitalisations, bien qu’en baisse, sont toujours à un niveau élevé : 1368 personnes accueillies en Nouvelle-Aquitaine le 18 février, soit plus de 500 de plus qu’au pic de la première vague. Parmi elles, 188 patients ont été placés en réanimation. Les établissements de santé ont été appelés à activer le premier niveau du plan blanc cette semaine, mais certains, comme en Gironde, sont déjà à flux tendu.

L’organisme appelle toutefois “plus que jamais” à respecter les mesure barrières (port du masque, utilisation des gels hydroalcooliques, respect des distances physiques et du couvre-feu), car même si la Nouvelle-Aquitaine était cette semaine la troisième région de France à avoir le plus vacciné, la couverture vaccinale  – 4,4% de la population de la région a reçu une dose – est encore insuffisante pour entraîner une immunité collective.

Une santé mentale plus impactée ?

Par ailleurs, pour la première fois, ce bulletin de Santé Publique France fait état des indicateurs de santé mentale. En novembre 2020, les Néo-Aquitains déclaraient des troubles du sommeil et des troubles dépressifs, plus que dans d’autres régions, précise Santé Publique France, “des prévalences régionales, élevées et supérieures à la moyenne nationale, pour les problèmes de sommeil et troubles dépressifs déclarés.”

Plus d'un Néo-Aquitain sur 5 a déclaré des troubles dépressifs en novembre
Plus d’un Néo-Aquitain sur 5 a déclaré des troubles dépressifs en novembreSanté Publique France

Les chiffres du coronavirus en infographie

Lire l’article original