9 décembre 2021

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : les taux d’incidence galopent, “il faut agir dès aujourd’hui”

“Nous sommes plus que jamais frappés par les chiffres en Nouvelle-Aquitaine” écrivent ce vendredi les épidémiologistes de Santé Publique France dans leur point hebdomadaire sur la pandémie de coronavirus dans la région. Les taux d’incidence galopent sur le littoral depuis début juillet. Lire l’article original

“Aujourd’hui, malgré le recul dont nous disposons, malgré les connaissances acquises au cours des 18 derniers mois, nous sommes plus que jamais frappés par les chiffres en Nouvelle-Aquitaine qui montrent une augmentation brutale et sans précédent cette dernière semaine. Si l’impact sur le milieu hospitalier est encore mineur, le risque d’une dégradation de la situation n’est pas à exclure, bien au contraire.” Les éditoriaux de Santé Publique France sont rares en Nouvelle-Aquitaine et celui signé par le chef de l’agence de surveillance de l’épidémie ce vendredi 30 juillet 2021 est particulièrement alarmiste. Laurent Filleul lance un appel à la responsabilité collective et individuelle : “Si nous voulons en finir avec le Sars-Cov-2, chacun de nous doit être acteur, et non spectateur.”

Retrouvez les principaux indicateurs et leur évolution dans l’infographie en fin d’article.

Une immunité collective insuffisante

Alors que les taux d’incidence explosent depuis le début du mois dans les départements du littoral, Santé Publique France souligne que la couverture vaccinale, “même si elle augmente progressivement, est insuffisante pour empêcher la propagation du virus”. Les gestes barrières “doivent rester d’actualité” insiste Laurent Filleul. “Il y a encore trop de personnes non vaccinées parmi les jeunes adultes chez lesquels la circulation explose littéralement, et qui peuvent ensuite contaminer les plus fragiles. Il faut rappeler sans cesse que le vaccin est efficace et que c’est une nécessité. Notre région, qui a été l’une des moins impactées lors des vagues précédentes d’où une faible immunité collective, est touchée de plein fouet avec les départements du littoral qui voient une circulation accrue du virus dans ces zones touristiques.” 

Pour la semaine du 19 au 25 juillet 2021, les 15-44 ans présentent toujours le taux d’incidence le plus élevé, largement supérieur au seuil d’alerte de 50 cas pour 100.000 habitants puisqu’il s’établit à 501,2 cas pour 100 000 habitants. Dans toutes les classes d’âge de moins de 65 ans, le taux d’incidence est désormais supérieur au seuil d’alerte. Toutes tranches d’âge confondues, le taux d’incidence est au-dessus du seuil d’alerte dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine, à l’exception de la Creuse et de la Haute-Vienne.

“Il faut garder en mémoire le temps où les hôpitaux étaient saturés ” – Laurent Filleul, Santé Publique France

Tout en affirmant que les discussions et les questionnements sur la crise sanitaire sont légitimes, “il faut garder en mémoire le temps où les hôpitaux étaient saturés, où les services de réanimation ne pouvaient plus faire face et devaient choisir quels patients sauver. Les professionnels de santé étaient applaudis tous les soirs (…). Avons-nous oublié cette période ? Espérons que non, car il se pourrait que nous ayons à revivre de tels moments.” Pour Santé Publique France, le retour de vacances risque d’être “catastrophique”. “Les indicateurs de cette semaine montrent une dégradation des indicateurs beaucoup plus précoce et beaucoup plus importante (que l’été 2020, NDLR). Sans attendre la rentrée, nous observons d’ores et déjà, le début de cette quatrième vague, et les chiffres montrent bien que la vaccination ne nous protège pas suffisamment, d’autant plus que nous faisons actuellement face à un variant extrêmement contagieux.” 

La progression du variant Delta a été très rapide indique Santé Publique France, la mutation L452R est désormais très majoritairement retrouvée dans l’ensemble des territoires néo-aquitains. Sa proportion est supérieure à 80 % dans tous les départements et atteint plus de 95 % en Charente, Charente-Maritime et Dordogne.

Des hospitalisations en hausse et des clusters qui se multiplient

Le nombre de nouvelles hospitalisations et de nouvelles admissions en service de soins critiques ont fortement augmenté durant la semaine du 19 au 25 juillet avec 115 hospitalisations conventionnels (contre 48 la semaine d’avant) et 31 admissions en services de soins critiques (9 la semaine précédente). La Charente-Maritime, les Pyrénées-Atlantiques et la Gironde sont ceux où ces indicateurs marquent la plus forte hausse. Depuis mi-avril, la mortalité hospitalière diminue progressivement mais une légère augmentation est observée depuis la semaine du 19 au 25 juillet. Parmi la totalité des décès enregistrés depuis le début de la pandémie, 57% sont des hommes et 88% ont plus de 70 ans. Santé Publique France relève également une forte augmentation du nombre de nouveaux clusters* signalés dans la région avec 88 nouveaux signalements entre le 19 et le 25 juillet, contre 18 la semaine précédente. 

*Un cluster est défini par la survenue d’au moins 3 cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement de personnes, qu’ils se connaissent ou non.

Les chiffres du coronavirus en Nouvelle-Aquitaine

Lire l’article original