24 juin 2021

Consommation d’électricité, énergies renouvelables : la Nouvelle-Aquitaine dans le rouge selon Greenpeace

Greenpeace France publie ce jeudi un classement des régions françaises “pour une transition vers la sobriété énergétique et une électricité 100% renouvelable”. La Nouvelle-Aquitaine, bien qu’en pointe sur le développement de l’énergie solaire, est en bas du classement. Lire l’article original

En Nouvelle-Aquitaine, “le soleil ne suffit pas”, résume Greenpeace France, dans son classement des régions françaises sur l’électricité diffusé ce jeudi. “La région Nouvelle-Aquitaine s’est fixé des objectifs de consommation plutôt ambitieux, mais les chiffres des dernières années montrent qu’elle n’est pas du tout sur la bonne voie. La région dégringole donc tout en bas du classement national”, poursuit l’organisation.

Le classement de la Nouvelle-Aquitaine.
Le classement de la Nouvelle-Aquitaine.Greenpeace France

Greenpeace France évalue ici les 13 régions métropolitaines sur quatre critères principaux : réduction de la consommation d’électricité, développement de l’éolien terrestre, de l’éolien en mer et du photovoltaïque. Le développement de l’énergie hydroélectrique, dont le potentiel a déjà été largement exploité en France, a été écarté, précise l’organisation. Pourquoi cibler les régions ? Parce qu’elles peuvent contribuer au financement et faciliter la mise en place de projets d’économies d’énergie ou de production d’électricité renouvelable.

Energies renouvelables : “le potentiel le plus élevé de France”

Greenpeace estime que le potentiel est là, mais n’est pas exploité. L’énergie solaire (2/13) “suit un rythme de développement plutôt satisfaisant, mais il pourrait être rehaussé”. Le parc éolien, lui, “devrait être davantage développé en impliquant les citoyennes et les citoyens”. “En utilisant pleinement ses capacités, la région pourrait couvrir l’ensemble de ses besoins en énergies renouvelables et exporter plus d’un tiers de sa production vers ses régions voisines à l’horizon 2050″ analyse le classement.

Deux points positifs sont tout de même soulignés : le “niveau d’ambition” est bon sur la réduction de la consommation électrique et la production éolienne terrestre, et le développement de la filière photovoltaïque est “sur la bonne voie” mais son rythme d’installation reste “encore à intensifier”.

Selon Greenpeace, la Nouvelle-Aquitaine dispose du potentiel de production d’énergies renouvelables le plus élevé de France : “près du double de la moyenne nationale pour le solaire et pour l’éolien terrestre”. 

Lire l’article original