21 avril 2021

Confinement : les écoliers landais à la maison, comment les accompagner ?

Avant le début des vacances de printemps, les écoliers landais débutent, ce mardi 5 avril, une semaine d’enseignement à distance ; une situation parfois difficile à gérer pour les parents. Quelques éléments de réponse avec Lydia Hervel, mère landaise qui pratique l’instruction en famille. Lire l’article original

C’est reparti. Comme lors du premier confinement, les écoles ont fermé leurs portes et les élèves landais suivent, pendant une semaine, à partir de ce mardi 5 avril, un enseignement à distance. Accompagner son enfant dans cet apprentissage n’est pas évident pour tous les parents ; pour Lydia Hervel, “il ne faut pas se mettre la pression”.

Il faut dédramatiser le rapport à l’apprentissage

Mère d’un garçon de 7 ans, cette habitante de Parentis-en-Born ne l’a jamais scolarisé : depuis toujours, elle pratique, avec son conjoint, comme des milliers d’autres familles en France, l’instruction en famille (IEF). “Pour nous, c’est un accompagnement, plutôt que de l’école, affirme-t-elle. Ça n’est pas tant pour contrôler les contenus, mais pour écouter et suivre notre enfant afin de suivre ses centres d’intérêt.”

“Il y a une demande du corps enseignant de rendre des productions, mais qu’ils [les parents] ne se mettent pas eux-mêmes la pression, poursuit Lydia Hervel. On ne leur demande pas d’être prof mais d’être un parent qui accompagne et _pour accompagner, il n’y a rien de mieux que de dialoguer avec son enfant_.”

Le moment idéal pour parler avec eux de leurs motivations

Faut-il respecter des horaires stricts ? Encore une fois, selon la mère de famille, il faut dialoguer : _”_il y a des enfants, des adolescents qui sont tellement habitués à ça, qu’ils sont déboussolés si ce cadre disparaît, assure-t-elle. C’est le moment idéal pour parler avec eux de ce qu’ils aiment, de ce qu’ils n’aiment pas, de leurs motivations.”

Des groupes pour s’entraider, se rencontrer

Les parents qui pratiquent l’instruction en famille communiquent beaucoup entre eux. De nombreux groupe Facebook d’IEF existent, à l’échelle nationale, à l’échelle du département des Landes. Il existe même un groupe à l’échelle du Pays du Born, administré par Lydia Hervel.

Lire l’article original