30 juillet 2021

Christophe Bardin, candidat aux départementales soutenu par le comité Éric Zemmour

Dans les Landes, sur le canton des Grands Lacs, Christophe Bardin et Fabiana Da Costa Achando veulent incarner l’alternative à l’extrême droite. Le parti des Droites Indépendantes Nationales fait face à un défi, exister dans un espace politique monopolisé par le parti de Marine Le Pen. Lire l’article original

À l’entrée du marché de Parentis-en-Born, les panneaux électoraux s’étalent sous les yeux des passants. Deux hommes collent une affiche, juste à côté de celle-ci on voit le visage de Christophe Bardin aux côtés de sa binôme, Fabiana Da Costa Achando. Sur le marché, nombreux sont les touristes en cette journée ensoleillée.

Christophe Bardin arbore un polo noir, col ouvert il aborde les passants sans hésitation. Il salue le tenant d’un stand déjà croisé la semaine précédente sur un autre marché. “Bonjour monsieur, nous sommes les premiers candidats soutenus par Éric Zemmour”, il marque une courte pause puis abonde “Dont l’on partage ou non les idées”, presque comme si il n’était pas certain de cette étiquette. 

Comités Zemmour

Le candidat du parti des Droites Indépendantes Nationales (D.I.NA) arpente les étals. Il fait mouche avec quelques personnes qui acquiescent. “Il n’y a plus de valeurs, et au moins avec D.I.NA et les comités Zemmour, on a des candidats qui parlent vrais pour une fois”, lance-t-il.  Depuis un peu moins d’un an, ces comités Zemmour voient le jour un peu partout en France. Il s’agit avant tout de soutenir une potentielle candidature de l’éditorialiste à la prochaine élection présidentielle. Mais cette étiquette interpelle sur le marché ce matin. 

Le soutien du Comité Zemmour est affiché clairement sur le tract.
Le soutien du Comité Zemmour est affiché clairement sur le tract. © Radio FranceMatthieu Bonhoure

Le conseil départemental possède un champ d’action très limité en matière de sécurité. Pourtant il s’agit d’un des aspects majeurs du programme du candidat. Il explique vouloir “apporter quelque chose de nouveau au niveau de la sécurité et notamment dans les collèges.” Christophe Bardin veut mettre en place un système de “portiques de sécurité dans tous ces établissements scolaires” et “tester la reconnaissance faciale.” 

“Ah non si c’est Zemmour, je suis absolument contre !”, une cliente du marché

Fidélité électorale 

Un procédé proposé dans d’autres endroits en France, pour l’instant cette technique n’est pas encore autorisée par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Au pied de l’église, certaines personnes émettent des réserves quand ils lisent le tract, comme cette dame qui s’exclame : “Ah non si c’est Zemmour, je suis absolument contre !” 

Au milieu des stands, le grand gaillard ne passe pas inaperçu.
Au milieu des stands, le grand gaillard ne passe pas inaperçu. © Radio FranceMatthieu Bonhoure

L’un des défis de Christophe Bardin est de réussir à rafler une partie des voix du Rassemblement National. Le candidat était dans le parti de Marine Le Pen avant d’être gracieusement remercié en janvier dernier. Pour l’instant ce n’est pas gagné. “Je pense que que je continuerai sur le Rassemblement National”, explique un ancien militaire pourtant attiré par les idées de Christophe Bardin.

Lire l’article original