27 septembre 2021

Boxe : le montois Yannick Dehez raccroche les gants

A 27 ans, le montois Yannick Dehez arrête sa carrière. Il l’a annoncé ce mercredi sur sa page Facebook. Lire l’article original

Le boxeur montois Yannick Dehez raccroche les gants. Il l’a annoncé sur sa page Facebook ce mercredi après midi. 

Lui qui a été champion de France, mais aussi champion du monde décide de se consacrer pleinement à sa vie de famille et à son autre activité professionnelle dans l’entreprise familiale de nettoyage. Une décision murement réfléchie en famille, explique le boxeur : “Je suis tout seul à boxer mais on a pris la décision à trois avec mon père et ma mère. La boxe c’est familial pour nous puisque ma mère était la présidente et mon père mon entraineur. On s’est mis autour d’une table, on a discuté et on en a conclu qu’on ne pouvait plus faire ça. Pour le faire à moitié ce n’était pas la peine.”

La boxe c’est soit à plein temps, soit pas du tout

Depuis quelques temps, Yannick Dehez est papa. Difficile pour lui de réserver toute son énergie à sa carrière sportive : “C’est derniers mois je m’entrainais à moitié, je n’avais pas le temps ou je décalais mes entrainements. La boxe c’est soit à plein temps, soit pas du tout!”

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A 27 ans, le montois voit une page de sa vie se tourner : “Je ne retiens que le positif de tout ça. Toutes mes victoires, on s’en souvient tous une par une. J’y ai passé 17 ans, c’est plus de la moitié de ma vie donc ça me fait quand même un petit pincement au cœur. Après, chaque bonne chose à une fin et je raccroche les gants sans aucun regret. J’ai fait ce que j’avais à faire.”

Lire l’article original