18 mai 2021

Basket : décès de Jean Luent, ancien entraîneur de l’Elan Béarnais et de l’équipe de France

Jean Luent s’est éteint ce week-end, à l’âge de 85 ans, en Haute-Garonne. ” Nous avons été liés pendant de très longues années avec Jean et c’est quelqu’un que je regretterai énormément” a réagi Pierre Seillant, l’ancien président de l’Elan Béarnais. “Jean et moi, on formait un duo détonnant, on n’avait pas peur de grand… Lire l’article original

” Nous avons été liés pendant de très longues années avec Jean et c’est quelqu’un que je regretterai énormément” a réagi Pierre Seillant, l’ancien président de l’Elan Béarnais. “Jean et moi, on formait un duo détonnant, on n’avait pas peur de grand chose, ensemble on partait à l’abordage”

Avant de devenir coach d’Orthez et de l’équipe de France, Jean Luent a été basketteur et international à 6 reprises. “C’était un arrière très adroit, mais il était barré en équipe de France par de grands joueurs, comme Jean Degros”, rappelle Pierre Seillant.

Jean Luent (à droite) a obtenu un titre de champion de France de Nationale 2 et deux accessions en Nationale avec Orthez
Jean Luent (à droite) a obtenu un titre de champion de France de Nationale 2 et deux accessions en Nationale avec Orthez  © Crédit photo : Anciens de l’Elan

Débuts à Bègles

Sa carrière de coach débute à Bègles, où le “Prési” va le chercher en 1971 : ” Bègles était en Nationale 2 et avait obtenu la montée, mais les dirigeants de l’omnisports, notamment les frères Moga au rugby, ne voulaient pas engager de frais supplémentaires et ont donc décidé de stopper la section basket. Je lui ai donc proposé de venir entraîner Orthez. Les deux premières saisons, il a fait l’aller-retour en voiture, puis il est venu s’installer à Orthez. Nous sommes montés une première fois en Nationale 1, descendus la saison suivante, puis remonté en 1975 avec un titre de champion de France à la clé”.

L'équipe qui a obtenu la montée en Nationale 1 en 1973 : Pierre Seillant (président), Henri Manoux, Jean-Jacques Convert, Roger Duquesnoy, Steeve Schmitt, Mathieu Bisseni et Jean Luent (coach).En bas, de gauche à droite : Bernard Lamarque, René Page, Claude Carrasse, Jean-Noël Perpère, Alain Larrouquis, et Bernard Lolo.
L’équipe qui a obtenu la montée en Nationale 1 en 1973 : Pierre Seillant (président), Henri Manoux, Jean-Jacques Convert, Roger Duquesnoy, Steeve Schmitt, Mathieu Bisseni et Jean Luent (coach).En bas, de gauche à droite : Bernard Lamarque, René Page, Claude Carrasse, Jean-Noël Perpère, Alain Larrouquis, et Bernard Lolo.  © Crédit photo : Elan Béarnais

C’était l’époque de la Moutète, d’un basket encore amateur. “Jean était un coach à l’ancienne, très impulsif, qui n’avait pas sa langue dans la poche, rapporte Seillant. C’était un coach mais aussi un copain. On avait l’esprit gavroche, on rigolait beaucoup ensemble. Et c’était un grand technicien, qui avait l’ambition de réussir sa deuxième carrière. Il nous a fait franchir un cap. Je me souviens des 10 jours qu’on avait passé ensemble, à New York, en 1976, pour y recruter Abu Bakr, le deuxième américain de l’Elan. C’est avec lui que nous avons disputé notre premier match de Coupe d’Europe, contre Badalona, en 1977. On a fait de très belles choses ensemble. C’est lui qui m’a appris le basket, ma culture a été forgée au contact de Jean puis de George Fisher qui lui a succédé”.

Lourdes et Monségur

Après Orthez, Jean Luent a coaché de nombreux clubs du Sud-Ouest, notamment Lourdes et Monségur dans les Landes. Entre 1983 et 1985 il a été le sélectionneur et coach de l’équipe de France qu’il qualifia pour les Jeux Olympiques de 1984, à Los Angeles.

En 2015, les Anciens de l’Elan Béarnais, dont Alain Larrouquis, Freddy Hufnagel, Jean-Noël Perpère, Claude Carrasse, Mathieu Bisseni et René Page, s’étaient réunis pour fêter ses 80 ans, à Valentine, près de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) où Jean Luent s’était retiré.

Lire l’article original