17 mai 2021

Après la grippe aviaire, les premiers canetons bientôt de retour dans un couvoir des Landes

Après plusieurs mois de crise de grippe aviaire, les couvoirs, lieux de production des canetons, redémarrent dans les Landes depuis le 15 avril. Au couvoir Mulor dans le centre du département, les premières naissances sont attendues à la mi-mai. Lire l’article original

Après quatre mois de crise de grippe aviaire, l’État a autorisé le retour des canards dans certains élevages des Landes, jeudi 15 avril. Seules les communes du nord et de l’ouest du département sont concernées par cette remise en place. En revanche, la Chalosse, cœur de production du foie gras dans les Landes, devra attendre la mi-mai pour reprendre la production.  

La reprise est toutefois timide dans les communes où elle est autorisée. Beaucoup d’éleveurs et de producteurs n’ont pas encore remis de palmipèdes en place. Pour l’instant, peu de canetons sont disponibles, il est difficile de s’en procurer. Les couvoirs, lieux où l’on produit les canetons, sont les premiers maillons de la chaîne. Ils fournissent les éleveurs mais il ont besoin de temps pour remettre la machine en route

Arrêt inédit de la reproduction 

Au couvoir Mulor à Carcarès-Sainte-Croix dans le centre des Landes, les canes reproductrices cancanent bruyamment. Elles sont élevées dans un grand bâtiment, où elles pondent. 

Les bâtiments où sont élevées les canes reproductrices du couvoir Mulor
Les bâtiments où sont élevées les canes reproductrices du couvoir Mulor © Radio FranceJustine Claux

Les œufs partent ensuite en incubation dans les couvoirs pendant 31 jours. Les canetons sont livrés aux éleveurs à la naissance. “Mais il n’y a eu aucune naissance depuis janvier”, explique Céline Mazé, la directrice du couvoir. Ce qui signifie qu’il n’y a pas eu de livraisons non plus.

“On a eu quinze semaines d’arrêt dans nos couvoirs, c’est inédit. En temps normal, nos couvoirs ne s’arrêtent jamais, poursuit-elle. On a tout le temps des œufs en incubation, tous les jours de la semaine et toutes les semaines de l’année”. 

Reprise progressive de l’exploitation 

Les premiers œufs ont été pondus et sont partis à l’incubation, mardi 13 avril. “Sur un site comme celui-ci, on a 12.000 canes qui pondent. En fait, les canes pondent tous les jours, donc on ramasse les œufs et on les incube. Depuis ce couvoir, on va livrer à-peu-près 40.000 canetons par semaine”, développe Céline Mazé. 

Les premiers œufs viennent d'être incubés dans les couvoirs
Les premiers œufs viennent d’être incubés dans les couvoirs Laurent Guitou

Mais le rythme de production n’est pas encore revenu à la normale. Il faut le temps de redémarrer pleinement l’exploitation. “On doit suivre le cycle de la ponte. Une cane met plusieurs mois avant de pondre, on a du attendre l’arrivée des premiers œufs, précise-t-elle. Mais on a aussi du suivre la réglementation, on ne pouvait pas se retrouver avec des canetons si les éleveurs ne pouvaient pas les recevoir”

Les canes reproductrices pondent des œufs tous les jours
Les canes reproductrices pondent des œufs tous les joursLaurent Guitou

Premières naissances de canetons à la mi-mai

Les premières éclosions sont attendues pour la mi-mai. “Sur un rythme de routine, on va livrer entre trente et quarante éleveurs par semaine. Là, à la reprise en mai, on va seulement pouvoir livrer une dizaine d’éleveurs”, assure la directrice du couvoir. La situation va évoluer progressivement et retrouver un rythme habituel de livraisons début juillet.

Les canetons seront livrés aux éleveurs à partir de la mi-mai
Les canetons seront livrés aux éleveurs à partir de la mi-mai © Radio FranceJustine Claux

Une fois les canetons livrés aux éleveurs, il faut compter en moyenne 102 jours avant d’obtenir un foie gras Label rouge

Lire l’article original