21 avril 2021

Amiante : 40 ans plus tard, cet ancien salarié de la centrale d’Arjuzanx affronte EDF au tribunal

Il a travaillé à la centrale thermique d’Arjuzanx entre 1974 et 1984 : ce sexagénaire affronte ce vendredi 12 mars son ancien employeur, EDF, devant le tribunal judiciaire de Mont-de-Marsan. Avant lui, 97 anciens salariés du site ont obtenu la reconnaissance de “faute inexcusable”. Lire l’article original

Près de 35 ans après avoir quitté la centrale thermique d’Arjuzanx, cet homme d’une soixantaine d’années a découvert qu’il était porteur d’une maladie conséquence de l’amiante. Ce vendredi 12 mars, il demande, devant le tribunal de Mont-de-Marsan, qu’EDF reconnaisse une “faute inexcusable”, comme pour des dizaines d’autres anciens salariés du site.

128 malades, 40 morts

Depuis 2004, les procès se succèdent. Systématiquement, la “faute inexcusable de l’employeur” est reconnue. En fonction de la gravité de la maladie, du poste de l’ancien salarié, du temps passé dans l’entreprise, etc : des indemnisations sont versées, généralement de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

“On a des témoignages très nombreux, qui pèsent lourd et qui sont incontestables”, assure Jean-Claude Dumartin, de l’union locale CGT de la Haute-Lande. Parmi les 1326 agents qui ont effectué une partie ou la totalité de leur carrière sur le site d’Arjuzanx, 128 ont été reconnus comme victimes de l’amiente et 40 d’entre-eux sont morts.

Lire l’article original