16 septembre 2021

Agriculture : Emmanuel Macron annonce un nouveau système d’assurance récolte, avec 600 millions d’euros par an

Emmanuel Macron a annoncé la création d’un système d’assurance récolte, ce vendredi 10 septembre lors d’un déplacement à Corbières-en-Provence, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Il sera doté de 600 millions d’euros par an et doit permettre d’aider les agriculteurs à faire face aux aléas climatiques. Lire l’article original

Emmanuel Macron a annoncé ce vendredi la création d’un système d’assurance récolte, doté de 600 millions d’euros par an en moyenne, pour indemniser les agriculteurs victimes de catastrophes climatiques et les aider à s’assurer contre les risques moyens. “Ce sont des fonds de l’État et de l’Europe qu’on va mobiliser sur l’assurance récolte parce qu’on fait le constat que ce ne sont plus les agriculteurs eux-mêmes qui peuvent s’assurer”, a indiqué le chef de l’État lors d’un déplacement à Corbières-en-Provence, dans les Alpes-de-Haute-Provence, précisant qu’aujourd’hui, “à peine 30 % des agriculteurs sont couverts”.

Le président de la République a promis qu’un projet de loi pour concrétiser cette annonce serait présenté en conseil des ministres avant Noël, rapporte le journaliste du service politique de France Inter sur place. Il a également indiqué que le texte serait examiné à l’Assemblée au mois de janvier, pour une adoption “dans cette mandature” et une mise en application en 2023, en même temps que la nouvelle politique agricole commune. 

Faire face au changement climatique qui “s’accélère”

“Gel, sécheresse, l’ensemble des aléas climatiques, vous continuerez à y être exposés, a indiqué Emmanuel Macron en réponse à des agriculteurs réunis à Corbières-en-Provence. “La question de l’assurance-récolte n’est pas neuve […] mais on a vu ces catastrophes, ces calamités se multiplier et personne ne peut douter dans le pays que vous êtes les premières et les premiers à vivre le changement climatique et cela va continuer à s’accélérer donc on ne peut plus attendre”, a relevé le chef de l’État, soulignant le “drame humain auquel cela conduit“. 

Ces fonds d’État et européens permettront de financer le système de solidarité nationale pour les pertes les plus graves, comme celles liées au gel de ce printemps, ainsi que de subventionner en partie les assurances pour les risques moyens.

Concrètement, les agriculteurs victimes des aléas climatiques pourront bénéficier de ce régime universel d’indemnisation, qu’ils soient assurés ou non. Dans le même temps, l’État les incitera à souscrire une assurance privée, à un tarif régulé, c’est-à-dire moins cher qu’à l’heure actuelle. L’idée est qu’en étant assuré, l’agriculteur sera mieux remboursé par l’État.

Une annonce saluée par la profession

Le système d’assurance récolte était très attendu par la profession. Le vice-président du syndicat Jeunes Agriculteurs Basile Faucheux, s’est félicité sur RTL de cette annonce : “On était un petit peu devant un mur et il fallait une solution.” Il a toutefois souligné qu’être remboursé n’était pas suffisant et qu’il était nécessaire d’agir en amont pour aider les agriculteurs à se protéger contre les catastrophes climatiques. 

Enfin !”, a renchéri sur Twitter la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. Le syndicat majoritaire a salué dans un communiqué le lancement d’une réforme “ambitieuse” mais a prévenu qu’il resterait vigilant afin que le projet de loi soit adoptée avant la fin du quinquennat.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Lire l’article original