7 mai 2021

Affaire Capdevielle à Hagetmau (40) : les repreneurs relaxés, un dossier bouclé dix ans après

« Mon métier, c’est le retournement. Je reprends des entreprises dans la difficulté pour leur donner un cap et un avenir », démarre Jean-Luc Gibier. La voix est claire, le ton posé et la ligne… Lire l’article original

« Mon métier, c’est le retournement. Je reprends des entreprises dans la difficulté pour leur donner un cap et un avenir », démarre Jean-Luc Gibier. La voix est claire, le ton posé et la ligne directrice tracée. Ce procédé, il a voulu l’appliquer à l’entreprise Capdevielle, fleuron du meuble français et hagetmautien, avec son associé Philippe de Saint-Rapt. « Nous avions repéré Capdevielle, nous avions les outils et les partenaires pour la reprendre. En 2007, nous avons fait une proposition qui a été refusée par Jean-Claude Capdevielle (alors PDG de l’entreprise, NDLR) », rappelle Jean-Luc Gibier. L’histoire devait…

Lire l’article original