21 avril 2021

Accès aux soins : à Gabarret, 45 minutes de voiture pour arriver au service des urgences le plus proche

Plus de 6 millions de Français vivent à plus de 45 minutes d’un service d’urgence révèle la nouvelle étude de l’association des maires ruraux consacrée à l’accès aux soins. Reportage à Gabarret dans les Landes. Lire l’article original

L’association des maires ruraux révèle ce lundi, et en partenariat avec France Bleu, le quatrième volet de son étude sur l’accès aux soin en milieu rural. Plus de 6 millions de Français, soit 10% de la population, vivent à plus de 30 minutes d’un service d’urgences. et parmi eux 75 % habitent à la campagne. Une réalité que de nombreux habitants vivent au quotidien dans un département rural comme les Landes. Illustration dans le village de Gabarret, un bourg de 1600 habitants, à la frontière des Landes, du Lot-et-Garonne et du Gers.

45 minutes de voiture pour aller à l’hôpital de Mont-de-Marsan

Les habitants de Gabarret mettent 45 minutes en voiture pour se rendre au service des urgences le plus proche : celui de l’hôpital Layné à Mont-de-Marsan. Quarante-cinq minutes qui paraissent une éternité à Alexandra, la maman de Janelle qui fêtera ses deux ans au mois de mai. Il y a certes une maison de santé et une pharmacie mais quand Janelle fait des poussées de fièvre le soir ou le week-end, il lui est déjà arrivé de prendre sa voiture pour amener sa fille à Mont-de-Marsan.

« On trouve la route très très longue. On croit qu’on ne va jamais arriver. Il faut rester concentré sur la route tout en faisant attention à la petite. C’est compliqué » confie Alexandra.

Pour se rendre aux urgences quand on habite Gabarret ou les alentours, il faut forcément être accompagné. Comme souvent dans les villages, la solidarité joue entre amis, entre voisins pour ceux qui n’ont pas de véhicule ou sont trop malades pour conduire jusqu’à Mont-de-Marsan. 

Un seul VSAB des pompiers pour amener les patients aux urgences

Pour les cas graves, les pompiers et leur VSAB, leur véhicule de secours aux blessés, prennent en charge le patient jusqu’à l’hôpital Layné, en lien avec les équipes du Samu basé à Mont-de-Marsan. Mais cela peut parfois poser problème car la caserne de Gabarret et ses pompiers volontaires ne disposent que d’un VSAB.

« On a eu des fois où le véhicule est indisponible pendant trois heures pour les habitants de Gabarret si on avait un autre problème. Le temps de soigner la personne sur place, de l’évacuer bers les urgences, d’attendre qu’elle soit prise en charge et de revenir, ça prend en moyenne trois heures. Des fois, pendant 5 heures on n’a pas de VSAB, c’est gravissime mais heureusement c’est rare. Heureusement, les centres de secours voisins de Castelnau et Cazaubon peuvent intervenir quand il y a un souci urgent » explique Stéphane Barlaud, le maire de Gabarret. La solution pourrait être d’obtenir un deuxième VSAB pour la caserne de Gabarret mais pour cela, il faudrait qu’il y ait suffisamment de pompiers volontaires dans la commune et actuellement, ce n’est pas le cas. Une campagne de recrutement est d’ailleurs en cours.

En cas d’urgence vitale, les habitants de Gabarret peuvent, comme partout, faire appel au Samu qui envoie aussitôt une ambulance et une équipe médicale. 

Lire l’article original